Après la validation de leur candidature par la Cour: Le duo Kohoué – Agossa promet un mandat de transition

651

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Corentin Kohoué et Iréné Agossa étaient face à la presse nationale et internationale hier, mercredi 24 février 2021 à Azalai Hôtel de Cotonou. Instant pour le duo à l’élection présidentielle prochaine au Bénin, de revenir sur les sinuosités de leur candidature, de décliner leur vision, tout en levant quelques équivoques afférentes à leur opposition au régime en place.

 

L’élection présidentielle du 11 avril prochain se déroulera  entre trois duos de candidats dont celui composant Corentin Kohoué et Iréné Agossa. Après donc la validation définitive de leur candidature par la Cour constitutionnelle, ces derniers ont jugé utile de se prononcer, sur les tenants et aboutissants du processus les ayant conduit, jusqu’à ce niveau. Au cours d’une conférence de presse organisée à cet effet, le candidat au poste de Présidence, dans un discours liminaire, a remercié tous ceux qui ont cru en eux dès le début du processus. A l’entendre, leur participation effective à cette élection est une première victoire d’un long processus. « Notre duo est la surprise de cette élection. Nous sommes l’étonnement. Je suis un homme peut-être discret, caché mais je ne suis pas absent de la scène politique. Nous sommes l’étonnement et pourtant nous nous sommes longtemps préparés, nous sommes là pour la victoire finale. Nous sommes convaincus que nous sommes face à un système peu ordinaire prêt à faire usage de la ruse et de la rage pour nous en empêcher. Pour y faire face, il faut s’y être préparé, bien préparé et faire preuve d’une intelligence politique inédite. C’est ce que nous croyons avoir fait », a-t-il dit. Pour lui, leurs idéaux sont clairs, leurs valeurs sont claires. C’est à l’écouter, faire tout pour libérer le peuple béninois. De même, Corentin Kohoué se réclame toujours de l’opposition, notamment du parti ‘’Les Démocrates’’. « Nous n’avons pas été compris par nos camarades du parti ‘’Les Démocrates’’. Ils nous ont suspendus, mais nous, nous nous considérons comme étant toujours membres du parti puisque nous n’en n’avons pas été exclus. Malgré cette incompréhensions, nous disons que notre victoire actuelle et celles à venir sont le fruit du combat de tous les membres du parti », s’est-il exclamé. En invitant ses camarades à faire taire les divergences pour faire face à l’adversaire commun, le candidat au poste de Présidence du mouvement Restaurer la confiance (Rlc) a souligné qu’ils ne sont pas partisans de la violence mais d’une alternance pacifique. Car, il se dit être convaincu de la voix des urnes qui constitue pour lui, la seule issue pour réaliser cette alternance. De ce fait, il a appelé le parti ‘’Les Démocrates’’ à resserrer leur rang pour, à l’en croire, faire partir Patrice Talon le soir du 11 avril. « Peuple béninois, en prenant à témoin la communauté régionale et internationale, nous sommes donc ici pour vous dire que l’opposition est bel et bien présente à l’élection présidentielle d’avril 2021. Ce qui fait de cette élection, une élection inclusive. Nous avons la certitude que notre duo, au nom de l’opposition, sortira victorieux au soir de l’élection du 11 avril 2021 », a-t-il conclu.

Mandat de transition…

 A son tour, le colistier de Corentin Kohoué à cette élection est revenu sur le processus de négociation des parrainages et ses incompréhensions à ce sujet, avec le parti ‘’Les Démocrates’’.  Selon Iréné Agossa, être candidat à une élection présidentielle est tout d’abord un engagement personnel, une vision bien méditée. Et c’est ce qui, à l’entendre, est son cas. Mais d’après ses dires, ils n’ont pas été compris dans leur démarche, par leurs pairs du parti ‘’Les Démocrates’’. En annonçant qu’il y avait trois tendances qui s’étaient dégagées par rapport à la participation ou non à cette élection au sein du parti, Iréné Agossa dit avoir opté pour la troisième tendance qui est celle de participer à cette joute électorale et de battre Patrice Talon dans les urnes. « Nous avons très tôt choisi notre option », a-t-il fait savoir. Mais en entreprenant les démarches nécessaires, il fait savoir qu’ils ont été traités de tous les noms jusqu’à être suspendus. « Ils étaient tous dans leur logique de parrainage même à l’extérieur du pays », a-t-il insisté. Ceci, avant d’affirmer que ces responsables du parti ‘’Les Démocrates’’ n’ont pas, contrairement à eux, pris par la bonne porte, la procédure adéquate. « Rencontrer les députés, chaque chef de parti et les chefs de partis ensemble. C’est ça la procédure, c’est ce que nous avons fait et  nous avons obtenu les parrainages. Nous sommes la preuve que le parrainage était ouvert, que le jeu était ouvert », martèle-t-il. Ainsi, l’ancien Directeur général de la Sonacop pense que battre Patrice Talon dans les urnes au soir du 11 avril sera un nouvel étonnement. En plaçant leur mandat sous le signe de la transition, il réaffirme son opposition au régime de la Rupture et du Nouveau départ et rappelle qu’ils sont l’opposition. « Nous sommes l’opposition, nous sommes de l’opposition, c’est nous l’opposition. Quittez l’étape de torpeur. Libérez-vous et rejoignez-nous pour qu’ensemble, nous réalisions l’alternance », a conclu Iréné Agossa.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite