Septième édition du festival ‘’Effet Graff’’ : Le mur de l’Ocbn reçoit un coup de lumière artistique

370

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Tout rayonne désormais sur ce bloc…)

- Advertisement -

Le festival ‘’Effet Graff’’ est une initiative pilotée depuis 2013 par le jeune et talentueux artiste graffeur Lorenson Djihouessi alias ‘’Mister Stone’’. Il s’agit d’un événement de graffiti organisé dans la vision de mettre la lumière sur les grandes figures noires qui ont marqué aussi bien l’histoire du Bénin, de l’Afrique ainsi que celle du monde entier. Elle est à sa septième édition et pour que des traces indélébiles restent dans la capitale économique du Bénin, ‘’Stone’’ et toute son équipe composée de très brillants artistes venus de tous les horizons du monde, ont pris d’assaut, vendredi 19 février 2021, le plus long des murs jamais graffé en Afrique. Le mur de l’Ocbn qui s’étend sur plus de neuf cent(900) mètre de long. Cet édifice autrefois délabré et à peine entretenu en termes d’image, a fait peau neuve actuellement avec d’éblouissantes fresques murales.  Des masques de Guèlèdè dessinés par endroit, des figures emblématiques de la musique béninoise, telles que Sagbohan Danialou, Angélique Kidjo, et autres savamment peintes par ailleurs. Sans oublier les patrimoines comme les masques Egoungouns, le Python de Ouidah ou encore des dénominations claniques telles que Ayatô représentés dans de vives couleurs d’autre part.  Cela fait aujourd’hui 7 bonnes années que ces jeunes artistes essaient de marquer le Bénin par leur talent. Et le projet est d’autant plus impressionnant que l’autorité ministérielle n’a pas voulu se faire conter l’événement. Le Ministre Jean Michel Babalola Hervé Abimbola s’est personnellement déplacé avec quelques membres de son cabinet, pour aller constater de visu la merveille que les créateurs d’œuvres de l’esprit déposaient sur ce long mur des chemineaux. « La vision pour nous, c’est d’abord de créer un musée à ciel ouvert et d’avoir le record du plus long mur jamais graffé en Afrique. Par ailleurs, nous voulons permettre aux populations qui ont déjà une maturité en matière de décodage de l’art, d’être sensibilisées sur les valeurs de notre culture et celle du monde », souligne Lorenson Djihouessi pour situer l’idée qui se cache derrière l’initiative. Placée sous le thème «Le Bénin, Patrimoine et potentiel », cette édition de ‘’Effet Graff’’ entend raviver la mémoire et donner de l’agréable à voir aux visiteurs de la ville de Cotonou, qui est la vitrine du Bénin. Et pour y parvenir, ‘’Stone’’ et les siens ont réussi à faire venir des artistes du Sénégal, du Togo, de la France, de la Finlande, pour ne citer que ceux-là. Pour le Ministre Jean Michel Abimbola, « c’est tout simplement agréable ce qui se déroule désormais sous les yeux sur ce boulevard qui arpente ce mur de l’Ocbn. Un acte de dévouement et de détermination venant de jeunes artistes graffeurs qui vient rompre avec l’histoire originelle du graffiti et qui oriente vers la maîtrise et la connaissance des richesses patrimoniales du Bénin. C’est à encourager », fait savoir l’autorité après avoir pris tout son temps pour suivre religieusement l’explication des messages de chaque artiste participant à cette aventure qui a commencé le vendredi 12 février pour s’achever le 21 du même mois, donc hier.

 

TG  

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite