‘’Les Démocrates’’/Présidentielle 2021 et ses corollaires: Les Avocats du duo Madougou – Djivo donnent de la voix

629

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Me Paul Kato Attita et Me Victorien Fadé ont, vendredi 19 février 2021 face à la presse au Chant d’oiseau de Cotonou, donné des explications sur le rejet du recours du duo Présidentiel Reckya Madougou – Patrick Djivo sur le parrainage, au niveau de la Cour constitutionnelle. Occasion pour ces deux avocats conseil de mettre en garde ceux qui diabolisent l’ancienne Ministre de la justice et d’annoncer que ses proches et membres du parti “Les Démocrates” font objet d’interpellations judiciaires. 

 

- Advertisement -

Les avocats du duo Reckya Madougou et Patrick Djivo sortent du silence. Au cours d’une conférence de presse, ils sont revenus sur plusieurs sujets dont font objet leur deux clients notamment Reckya Madougou et ce, quant à l’élection présidentielle. Pour Me Paul Kato Attita, il faut en premier lieu mettre fin à la diabolisation de la candidate Reckya Madougou. À l’écouter, elle est candidate comme bon nombre d’autres candidats. << Autant que les autres, elle n’a pas renoncé à sa nationalité, sa citoyenneté >>, a-t-il indiqué. De ce fait, l’avocat pense donc que c’est une veine polémique de la diaboliser car, elle remplit selon lui, toutes les conditions pour participer à la présidentielle du 11 avril, sauf celle relative au parrainage. Parlant ainsi de parrainage, Paul Kato Attita rappelle toutes les démarches menées par sa cliente pour les obtenir, jusqu’au niveau de la Cour constitutionnelle. Cour constitutionnelle parce qu’il est certain que le juge constitutionnel a le pouvoir et la compétence de lui ouvrir la voix, à cette élection. N’étant pas surpris de la recevabilité de la requête y afférente contrairement à l’incompétence de la Cour déclarée quelques jours plutôt toujours sur la question du parrainage, l’avocat affirme que cette dernière requête n’était pas banale et était bien articulée. C’est la première raison qui sous-tend, à l’entendre, la recevabilité et l’analyse de la requête. La seconde chose qui a fait que le recours était loin d’être une simple demande, c’est le sérieux qui accompagne, d’après des dires, la candidature du duo. << Ce n’est pas une candidature fantaisiste. Ils savaient tous que la candidature de Reckya Madougou et de Patrick Djivo était plus que sérieuse >>, va-t-il marteler. En déplorant ce qu’il qualifie de plein pouvoir donné aux deux partis politiques de la mouvance détenteurs des parrains, il insiste sur le fait que l’univers politique du pays ne doit pas être pris en otage par ces deux partis en question. Car la non vérification de l’authenticité des signatures sur les fiches de parrainage ou encore la non prise en compte de la déclaration du député Affo Tidjani Obo constituent pour Paul Kato Attita, un manque de considération pour les béninois et pour les autres voix. En clair, le conférencier avoue qu’ils n’ont pas été suivis par le juge constitutionnel qui pourtant avait, selon lui, toutes les prérogatives de décider autrement et entre autres, vérifier l’authenticité des parrainages. << Nous n’avons pas été écoutés mais nous sommes fiers d’avoir exposé >>, ajoute-t-il. À sa suite, Me Victorien Fadé, Avocat au barreau du Bénin et également conseil de ce duo présidentiel a également pris la parole, pour se prononcer sur le sujet. Dans ses explications, il fait savoir que c’est la peur de voir le candidat de l’Union progressiste (Up) manquer de parrainages que le parti, d’après la déclaration de son représentant à la barre, a demandé à ses  élus de déposer leurs fiches de parrainage à leur chef. << Alors que le parrainage est une affaire de chaque élu et non du parti exclusivement. C’est d’ailleurs pour ça que la candidate du parti “Les Démocrates”, n’est pas allée voir ces partis >>, souligne-t-il. Ainsi, il déduit que la candidature de Reckya Madougou et de Patrick Djivo est crainte par le pouvoir en place, raison pour laquelle toutes les portes menant donc à cette destination lui ont été fermées. En revenant sur les déclarations de Rachidi Gbadamassi, il se demande comment est-ce que la rétribution d’un seul député peut mettre en péril, la stabilité d’un pays. Sur ce même plan, il remercie le député d’avoir d’après ses propos, réconforter à l’en croire, Reckya Madougou. Il a annoncé par la suite que la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a commencé par interpeller des membres du parti “Les Démocrates”, dont un proche de Reckya Madougou. Pour finir, Me Victorien Fadé a estimé que Reckya Madougou est une béninoise comme tous les autres candidats, qu’elle n’a pas renoncé à sa nationalité et qu’elle est selon lui, à l’image de tous les béninois qui même s’ils sont appelés à travailler ailleurs, contribuent au rayonnement de leur pays. << Chaque fois qu’ils vont sortir désormais pour vous polluer, nous répondrons désormais du tic au tac >>, a-t-il conclu.

J.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite