Lancement du Projet « Safeveg West Africa »: Pour une production locale des légumes sains

772

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La section Afrique de l’Ouest et du Centre-Régions côtières et humides de World vegetable center met en oeuvre au Bénin, Burkina Faso et au Mali, un projet important de production de légumes sains et sûrs pour les consommateurs. Il s’agit du Projet « Safeveg West Africa », officiellement lancé ce vendredi, 05 fevrier 2021 à Cotonou à Golden Tulip hôtel.

 

Le projet  » Safeveg West Africa » mis en oeuvre par World vegetable center avec l’appui financier de l’Union Européenne et des Pays-Bas vise à produire localement des légumes sûrs et sains dans trois pays de l’Afrique de l’Ouest à savoir le Bénin, le Burkina Faso et le Mali. D’un coût estimé à 11,8 millions d’euros, ledit projet, qui s’étend sur 5 ans, entend appliquer des pratiques agricoles et postrécolte durables et intelligentes face au climat pour augmenter la consommation de légumes dans les zones urbaines et péri-urbaines. Il s’agira alors, à travers le projet, de créer un axe d’innovation dans le secteur des légumes en Afrique de l’ouest. A en croire le Directeur général de World vegetable center, Dr Marco Wopereis, les systèmes alimentaires constituent un véritable danger pour la santé des consommateurs avec plus de 3 milliards de personnes souffrant d’une alimentation de mauvaise qualité. Ainsi, l’augmentation de la consommation des aliments nutritifs devenait cruciale. Malgré le potentiel immense de production en Afrique subsaharienne, les aliments nutritifs ne sont pas suffisamment consommés. « La consommation des fruits et légumes restent en-deçà des recommandations dans presque tous les pays », a-t-il déclaré. Le présent projet vient donc combler un vide avec une utilisation accrue des pratiques agricoles durables. De nombreuses opportunités s’offrent également aux jeunes diplômés des collèges et universités agricoles qui pourront contribuer aux différentes composantes du projet. Fautil le préciser, il sera question de tester des interventions innovantes qui rendent les légumes plus accessibles, abordables et acceptables par les consommateurs. Plus spécifiquement, il s’agit d’aider les producteurs à augmenter la productivité, renforcer les réseaux d’entreprises maraichères grâce à l’encadrement et au renforcement des capacités. Plusieurs communications ont meublé la cérémonie de lancement du projet. Des présentations du Directeur de l’Inrab (Bénin), de l’Inera (Burkina Faso), de l’Iner (Mali) à celle du représentant du Cirad ainsi que celle de l’université de Wageningen (Pays-Bas) par vidéoconférence, il ressort que ledit projet parait indispensable pour offrir des légumes sains, sûrs et en quantité suffisantes aux consommateurs cibles. Dans son intervention, le ministre de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui a salué l’initiative avant d’évoquer les efforts consentis par le gouvernement béninois pour une production des légumes de qualité. Notons que le projet pourrait s’étendre à d’autres pays de la sous-région.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite