127ème anniversaire de la rencontre de Béhanzin avec Dodds: Sous le signe d’hommage et de l’unité

1 411

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

En hommage à leur patriarche, les filles et fils, descendants du roi Béhanzin ont commémoré le 127ème anniversaire de la rencontre de Béhanzin avec le général Dodds. C’était le samedi 30 janvier dernier. Cette fête qui se veut désormais une retrouvaille a eu pour cadre la cour de l’école primaire de Djimè, à Abomey.

 

Le 25 janvier 1894, Béhanzin, le roi du royaume de Danxomè d’alors rencontrait le général Dodds à Yègo ou la place Goho. Cette rencontre historique et mémorable demeure encore vivace dans les esprits des filles et fils descendants de la dynastie royale Béhanzin. 127 ans après, cette date n’est pas passée inaperçue. Elle a été immortalisée par une retrouvaille qui a célébré sa toute première bougie en cette année 2021. A l’occasion de la messe commémorative, le père célébrant, Jean-Baptiste Djèssoukpo a axé son homélie autour de la foi en Christ et l’union, des vertus qu’incarne le roi Béhanzin. En croire le témoignage du curé de la paroisse Christ roi de Djimè, Alexandre Béhanzin a vécu dans l’exemplarité. Il a donné la preuve de sa foi en Dieu en posant des actes de bravoure qui doivent interpeler les dirigeants politiques et les chrétiens. Malgré sa nature d’homme qui remet en cause l’existence de Dieu ou sa foi lors de ses moments de tempête, le Héro national n’a jamais désespéré en face du drame de la vie. <<Même quand les choses semblaient impossibles, il a tenu bon en  décidant  d’aller rencontrer son homologue Français et discuter avec lui>>, a rappelé le prêtre. Autrement dit, il a refusé de signer le protectorat français, même après sa mort. Quand il s’agit donc de défendre les intérêts de la patrie aucun sacrifice n’est grand pour Béhanzin. Un comportement citoyen très rare de nos jours. <<Ses paroles et gestes sont évocateurs. Sa pensée est remplie de propos qui prônent la justice et l’humilité, le respect de l’autre et de ses biens, la défense des intérêts et du bien commun>>, a souligné Jean-Baptiste Djèssoukpo. Selon lui, le baptême du roi et sa présence permanente aux différentes manifestations religieuses à la cathédrale Saints Pierre et Paul de Fort de France témoigne du raffermissement de sa foi, un exemple pour tous les croyants. Au regard de ces traits qui ont caractérisé leur aïeul, le curé a exhorté les descendants de Béhanzin à perpétuité l’héritage. <<Ne soyez pas la cause de la division car Béhanzin a beaucoup œuvré pour l’unité et la réconciliation>>, a-t-il recommandé en souhaitant que la tempête du désespoir qui souffle sur le palais de Djimè soit calmée afin que le trône vacant depuis des années puisse être pourvu. A l’issue de la célébration de l’eucharistie, le cortège des descendants s’est ébranlé vers le mausolée du prince Ouanilo où le dépôt de gerbes suivi d’une animation de « Houissodji » a mis fin à la partie officielle des festivités. Clotaire Béhanzin, Dada Dègan Glèlè Gblangbé, chef canton de Tindji et les autres membres de la cour royale de Danxomè ont rendu hommage au Héro national tout en saluant la démarche des descendants.

Fernand Kinmahou

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite