Lutte contre les MTN au Bénin: Entre financement insuffisant et persistance des maladies

798

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Bénin comme plusieurs pays en Afrique est en proie aux Maladies Tropicales Négligées. Si les différentes politiques, Plans et stratégies ont clairement élevé la lutte contre ces maladies au rang des priorités de santé, le financement nécessaire pour les éliminer fait encore défaut. Pendant ce temps, les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables maux desservis par les services de base, continuent à payer le lourd tribu sanitaire et économique pour ces maladies pourtant évitables et curables. 

 

Le combat contre les Maladies Tropicales Négligées qui déciment la vie de plusieurs personnes dans le silence est plombé au Bénin par un défaut de financement. Une situation que déplorent plusieurs acteurs et organisations qui appuient le Bénin dans ce combat « négligé » contre ces maladies qui frappent durement les plus pauvres. « Les maladies tropicales négligées sont les maladies pour lesquelles, il n’y a pas beaucoup de financement », soulignait Mamoudou Djingarey Harouna, Représentant résident de l’Oms au Bénin par intérim. Dans le diagnostic établi dans le document de Plan National de lutte Intégrée contre les Maladies Tropicales Négligées (MTN) pour la période 2016-2020, au nombre des lacunes identifiées qui rendent la lutte moins efficace, figure le faible niveau de mobilisation de ressources.

Ainsi, depuis plusieurs années où les communautés les plus pauvres sont confrontées aux Maladies Tropicales Négligées, le financement mobilisé n’a pas permis de les éliminer. Pour relever ce grand défi de financement, le Plan avait identifié plusieurs priorités dont la première relative à la planification, mentionne clairement « l’élaboration de plans d’action opérationnels et de plan de mobilisation des ressources ». Mais de 2016 à 2019, les ressources mobilisées du budget national et effectivement décaissées n’ont jamais dépassées 100 millions de francs CFA. A ces ressources, il faut ajouter la contribution des partenaires Techniques et Financiers.

En effet, pour soutenir le Bénin, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a mis en place un grand programme qui a permis de travailler avec les autorités nationales autour de plusieurs axes. D’abord pour l’élaboration de son plan stratégique d’élimination des MTN décliné chaque année en plan opérationnel puis mis en œuvre avec l’ensemble des partenaires y compris les ONG. Avec cet appui, le Système des Nations Unies et la société civile s’assurent de la disponibilité des médicaments et de leur distribution à travers des campagnes de distribution gratuite. Également, l’Oms au Bénin réalise des enquêtes sur la distribution et la digitalisation des données pour identifier les régions les plus affectées. Une stratégie payante qui a permis d’obtenir des acquis. «Toutes les Maladies Tropicales Négligées sont sous surveillance », rassure le Représentant résident de l’Oms au Bénin par intérim, Mamoudou Djingarey Harouna. Pour l’avenir, l’organisation entend continuer à appuyer le Bénin conformément au plan d’action 2014-2025 du Bénin. Car, les défis sont toujours là. Selon Dr Liamidi SALAMI au ministère de la santé intervenant en novembre 2019 au cours d’un atelier consacré à la lutte contre les MTN, « l’analyse de la situation au Bénin indique l’existence d’un nombre significatif de MTN avec la présence de co-infection. Les populations vivant dans les zones endémiques sont coinfectées avec au moins 2 de ces maladies ».

C’est pourquoi, la communauté internationale ne cesse de tirer la sonnette d’alarme sur l’urgence de faire des Maladies tropicales négligées, une priorité dans la politique publique de santé. Ce qui permettra de mieux informer les populations et surtout de promouvoir le traitement avec les médicaments qui existent.

Mais pour l’heure, cet appel n’est pas encore entendu au Bénin comme dans les pays francophones où les MTN sévissent le plus.

Des efforts encore insuffisants

La conséquence directe du manque de financement, c’est la persistance des maladies. Une preuve que le combat contre les MTN est loin d’être gagné. Si la situation n’est pas propre au Bénin-les MTN touchent 1 milliard de personnes dans le monde dont la moitié en Afrique-des efforts sont attendus des pays les plus touchés.

D’importants pas ont été faits pour venir à bout de certaines maladies de ces MTN. Selon le conseiller à l’OMS au Bénin, Dr Raoul Saïzonou, le Bénin est en passe de se débarrasser de 3 maladies que sont la filariose lymphatique (48 communes endémiques), le Trachome (2 à 24% dans 25 communes du nord), et l’Onchocercose (51 communes endémiques). Il soutient que la lutte contre l’onchocercose, a déjà permis de libérer au Bénin, des zones entières de terres fertiles d’environ 654.000 Km2 autrefois désertées par les populations du fait de la maladie estimées. Plusieurs autres Partenaires Techniques et Financiers dont l’USAID ont permis aussi avec des campagnes nationales d’obtenir aussi des résultats. Grâce au projet « Agir pour éliminer les maladies tropicales négligées/ouest » et le traitement de masse gratuit, a permis d’arrêter la filariose lymphatique, a été arrêté dans 44 communes sur les 48 endémiques. Également, le traitement de masse contre le trachome a été vaincu dans toutes les 8 communes touchées avec succès.

Ainsi, loin d’être une fatalité, le Bénin est en mesure de se débarrasser de toutes les MTN si on ne baisse pas la garde. Seulement, certaines MTN qui hier avaient disparues comme la Trypanosomiase humaine africaine (Tha) ou encore la maladie du sommeil qui était, dans les années 60, presque éliminée, a subitement pris d’ampleur du fait de la baisse de vigilance, selon le Représentant résident de l’Oms au Bénin par intérim. La mobilisation de tous les acteurs et Partenaires autour du ministère de la santé, a permis de ramener cette maladie à moins de 1000 cas par an en 2017 et 2018.

Le combat contre les MTN n’est pas encore gagné. Le Plan national de développement sanitaire 2018-2022 qui a fait de l’accès universel aux services de santé et une meilleure qualité des soins pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) reste un instrument important. Mais, le financement doit être assuré pour que le traitement des MTN permette de sortir des millions de personnes de la pauvreté, aux enfants de poursuivre leur scolarisation et aux travailleurs de renforcer leur productivité.

 

Alain TOSSOUNON (Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite