Douane béninoise: L’éthique dans la mobilisation des recettes

680

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Mardi 26 janvier 2021, les Disciples de St Mathieu ont célébré la Journée internationale des douanes. Occasion, pour le commandant Marcellin Laourou de revenir sur l’atteinte des objectifs en matière de mobilisation des recettes douanières. Il était reçu sur Canal 3 hier, mercredi 27 janvier 2021.

 

Pour le compte de l’année 2020, la Douane béninoise a atteint les prévisions en matière de mobilisations des recettes. Mieux, à certains endroits, les prévisions ont même été dépassées, ceci malgré le contexte lié à la fermeture des frontières nigérianes et la pandémie de Covid-19. Pour Marcellin Laourou, représentant du personnel des douanes et Point focal permanent de l’Organisation mondiale des douanes (Omd), cette prouesse de la Douane béninoise est liée à un certain nombre de facteurs au premier rang desquels l’introduction de l’éthique dans la pratique des agents de la Douane. Sur les plateaux de Canal 3, Marcellin Laourou a soutenu que l’éthique, comme un ensemble d’attitudes qui favorisent un comportement et des pratiques de travail honnêtes et intègres, est désormais au cœur des réformes à la Douane. A l’entendre, l’éthique permet de redorer le blason de la Douane, gagner la confiance de l’employeur, augmenter les recettes. « Si tu n’observes pas une certaine éthique, au lieu de travailler pour l’Etat, tu travailles pour toi-même, je crois qu’on ne peut pas atteindre ce résultat », a-t-il laissé entendre avant de poursuivre que ça favorise même le commerce international, l’investissement privé et mieux, permet aussi de garantir la sécurité et la sûreté. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que l’Organisation mondiale des douanes (Omd) a consacré un sous-comité dédié à l’éthique, a-t-il laissé entendre.

- Advertisement -

S’agissant des autres facteurs qui ont permis la mobilisation et le dépassement par endroits des recettes, pour Marcellin Laourou, la Douane béninoise doit une fière chandelle au Colonel Inoussa Charles Sacca Boko, Directeur général des douanes et droits indirects, pour les réformes introduites. Si Marcellin Laourou dit avoir un sentiment de fierté et de devoir accompli, c’est parce que : « Le Docteur Charles Inoussa Saka Boko a reçu une lettre de mission du gouvernement, en tant que chef de corps. Et c’est à lui qu’il est revenu la politique de management pour pouvoir mobiliser tout le personnel autour de lui et atteindre le résultat que vous venez d’énoncer, un résultat que même les institutions internationales n’ont jamais pensé qu’on pouvait atteindre », a-t-il laissé entendre. Au nombre de ces réformes, le représentant du personnel des douanes a mis l’accent sur l’automatisation qui a réduit considérablement le contact entre les agents de la douane et les usagers. «(…) nous sommes allés par l’automatisation, l’informatisation et je peux dire aujourd’hui qu’au Bénin l’administration des douanes est la plus informatisée. On est informatisée à plus de 98%. Et ça fait partie des choses qui nous ont permis d’atteindre nos résultats », a laissé entendre Marcellin Laourou. Il a salué la vision du chef de l’Etat, vision partagée par le Ministre de l’Economie et des finances, ensuite par le Dg/Douane qui l’a répercutée au niveau de ses collaborateurs.

 

B.H

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite