Procédure de destitution: Donald Trump mis en accusation par le Congrès pour la deuxième fois

325

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Une majorité d’élus de la Chambre des représentants a voté ce mercredi 13 janvier la mise en accusation formelle de Donald Trump pour avoir incité aux violences du Capitole, ouvrant la voie à un deuxième procès historique du président des Etats-Unis. 

 

Il fallait 217 voix pour que l’acte d’accusation visant Donald Trump soit adopté. Le seuil a été atteint et même dépassé. L’ensemble des démocrates et dix républicains de la Chambre des représentants ont voté en faveur de l’impeachment. Au total, l’acte d’accusation a obtenu 232 voix contre 197.

Avec ce vote, Donald Trump entre dans l’histoire. Il devient le premier président des Etats-Unis à être mis en accusation une deuxième fois par le Congrès. Plus d’un an après l’affaire ukrainienne, le milliardaire républicain de 74 ans, qui cédera la place à Joe Biden le 20 janvier, est accusé d’avoir encouragé l’assaut de ses partisans contre le Capitole qui a fait cinq morts et ébranlé la démocratie américaine. Son procès devant le Sénat devrait se dérouler après son départ de la Maison Blanche.

« Le président doit partir »

C’est Nancy Pelosi qui a ouvert les débats. « Le président doit partir, il est un clair danger pour la nation que nous aimons tous », a tonné la cheffe des démocrates. « Depuis l’élection présidentielle de novembre, une élection que le président a perdu, il a menti de manière répétée sur les résultats », cherché à semer le doute sur le processus électoral et « à influencer les responsables locaux de façon non constitutionnelle » pour rejeter la victoire de Joe Biden, a-t-elle ajouté.

Les élus républicains ont au contraire accusé les démocrates de vouloir mener un nouveau procès politique contre le président républicain, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Le parlementaire Jim Jordan, qui s’était déjà illustré lors de la première procédure dans sa défense de Donald Trump, a dénoncé une manœuvre politique, une  volonté  « d’annuler le président ».

- Advertisement -

Le chef des républicains à la Chambre, Kevin McCarthy, a déclaré pour sa part qu’une mise en accusation de Donald Trump une semaine avant la fin de son mandat serait « une erreur ». Le président sortant porte une « responsabilité » dans les violences du Capitole, a-t-il néanmoins admis, demandant la création d’une « commission d’enquête » et le vote d’une « motion de censure ».

Un Capitole ultra sécurisé

Ce vote se déroule dans un contexte particulièrement tendu. Suite aux émeutes de mercredi dernier, le Capitole est quasiment en état de siège. Les élus doivent désormais passer par un portail de détecteur de métaux pour accéder à l’hémicycle.

Une barrière a aussi été dressée tout autour du Congrès et des milliers de soldats de la garde nationale ont été déployés.

Pour la première fois depuis la Guerre civile américaine, des centaines de soldats ont passé la nuit à l’intérieur du Capitole. Les troupes se sont installées comme elles le pouvaient et ont dormi à même le sol dans ce bâtiment prestigieux. Au total, 15 000 soldats seront déployés dans la capitale fédérale pour protéger les cérémonies d’investiture. C’est plus que le contingent déployé en Irak et en Afghanistan.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite