Organisation des activités pharmaceutiques: Ce qu’il faut retenir de la loi, selon le ministre Hounkpatin

1 250

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le parlement béninois a adopté la  loi N° 2021-03 portant organisation des activités pharmaceutiques en République du Bénin. A la faveur d’un point de presse ce mardi, le ministre de la santé, Benjamin Hounkpatin a apporté des clarifications sur les nouvelles dispositions légales régissant les activités pharmaceutiques. 

 

- Advertisement -

Ladite loi définit les dispositions règlementaires liées aux activités de médicaments et autres produits de santé; conditions d’exercice de la pharmacie;  la régulation du secteur pharmaceutique et aux diverses sanctions  y applicables. Pour l’autorité ministérielle, la nouvelle loi est d’une importance indéniable et n’est pas que la loi des professionnels de la pharmacie.  A l’en croire, le vote de la loi portant organisation des activités pharmaceutiques est la consécration de tous les efforts engagés dans ce sous-secteur névralgique. “Le souci permanent de régulation nous a amené à engager des réformes d’assainissement du secteur pharmaceutique” a déclaré le ministre.

Que retenir de la nouvelle loi…

“En effet, la loi portant organisation des activités pharmaceutiques est une loi majeure qui vise à encadrer et réguler le secteur pharmaceutique, en renforçant de façon spécifique : la disponibilité et l’accessibilité financière des médicaments et autres produits de santé; l’assainissement du sous-secteur pharmaceutique; la traçabilité du système d’approvisionnement des produits de santé; la qualité des produits pharmaceutiques mis à la consommation au Bénin; l’amélioration des soins de santé… cette nouvelle loi sur l’organisation des activités pharmaceutiques apporte une cohérence à l’ensemble du dispositif législatif et règlementaire relatif à la pharmacie et au médicament; conforte le Bénin dans le respect de ses engagements internationaux exprimés à travers la Convention Médicrine, instrument de droit pénal international de lutte contre le trafic des faux médicaments que notre pays avait signé et ratifié; permet enfin de renforcer la crédibilité de notre pays vis-à-vis de la communauté internationale, régionale et sous-régionale au regard des nouvelles exigences en matière de régulation des produits de santé” informe le ministre Benjamin Hounkpatin. Et de poursuivre, “je reste convaincu que le processus d’instauration d’un cadre légal à la hauteur des enjeux devra se poursuivre sans désemparer pour l’atteinte des objectifs inscrits dans le Programme d’Actions du Gouvernement”.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite