Fête des religions endogènes à Bohicon: L’appel de Nazaire Sado

214

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

A l’instar des autres communes du département du Zou, Bohicon a commémoré, le dimanche 10 janvier dernier, les festivités marquant la 31ème  édition de la fête des religions endogènes. L’esplanade de la gare routière d’Avogbana a servi de cadre aux manifestations auxquelles ont pris part plusieurs personnalités dont le député Sado Nazaire.

 

- Advertisement -

“Il faut faire en sorte que la tradition puisse compléter le modernisme”. Tel est le message fort du député Nazaire Sado  à l’endroit des garants de nos us et coutumes, notamment les tradithérapeutes. A en croire, l’élu du peuple de la 23ème circonscription électorale, il est grand temps d’associer à la médecine moderne la pharmacopée traditionnelle pour soulager les peines des populations. Aussi riche  qu’elle soit, la pharmacopée traditionnelle regorge de plusieurs plantes à vertus  extraordinaires susceptibles de guérir des maladies qui échappent à la médecine moderne et vice versa. “L’expérience est concluante ailleurs dans d’autres pays de la sous-région et il va falloir qu’elle soit mise en œuvre chez nous”, a-t-il laissé entendre. Les chefs de couvents, les têtes couronnées, les tradithérapeutes doivent alors aller au-delà des simples fêtes de réjouissance et se mettre résolument au travail en vue de produire des médicaments traditionnels qui vont servir dans la santé  pour le bien-être des populations. “Lorsque le traditionnel et le moderne vont se donner la main les populations pourront en tirer grand profit”, a fait souligner Nazaire Sado.  Présent à cette célébration, le député Mama Sanny a rappelé que c’est une aberration de nier sa propre culture au détriment des religions venues d’ailleurs. Le maire de Bohicon, Rufno d’Almeida a,  pour sa part,  évoqué les actions que mènent le Gouvernement et  la mairie pour redorer à notre patrimoine culturel son blason d’antan. Les fruits de ces actions se traduisent déjà sur le terrain par la réhabilitation des palais princiers de Bohicon, la création au sein de la mairie d’une direction qui sera désormais en charge des questions de la culture et des sports,  le rapatriement des objets royaux de la France et bien d’autres.  Dah Zodjinon Gbahoungba Hountchokan, président du comité d’organisation de ladite fête a salué l’intérêt que les autorités portent de plus en plus en faveur de la promotion de nos valeurs ancestrales. “Ce qui témoigne que l’on assiste progressivement à une prise de conscience des cadres de la cité qui, entre temps, banalisaient leur identité culturelle”, s’est-il réjoui. Après avoir salué la clairvoyance de ceux qui ont institué la présente fête, il a demandé à l’Etat de chômer le lundi qui précède le 10 janvier célébré un dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite