Répression policière de 2019: Obsèques discrètes d’une victime, Prudence Amoussou

641

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Tombée lors des violences qui ont éclaté au lendemain des élections législatives de 2019, dame Prudence Amoussou, dont le corps a été confisqué pendant un long moment, a été finalement inhumée le 2 décembre 2020, de façon discrète, rapporte Radio France Internationale. Tuée par balles le 02 mai 2019, la victime est mère de sept enfants. Les organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme, l’opposition réclament toujours la vérité sur sa mort.

 

“L’inhumation a eu lieu le 2 décembre à Abomey, à 150 kilomètres de Cotonou. Elle fut rapide et discrète. On le saura, plusieurs jours après seulement. C’est le père de la défunte, un vieil homme, qui accomplit les formalités de retrait du corps. Certains proches disent avoir identifié Prudence Amoussou dans son cercueil à Cotonou comme à Abomey. Seule la famille a assisté aux obsèques, dont ses sept enfants âgés de 2 à 18 ans. Impossible de savoir par qui cette date d’enterrement a été décidée. Un proche reste sans réponse. Il indique juste, qu’il a été prévenu trois jours avant, par un oncle. Certaines sources laissent entendre que la famille aurait subi des pressions pour « l’inhumer rapidement ». Dans quel intérêt, rétorque un officiel qui poursuit, « la justice a autorisé le retrait du corps il y a plus d’un an ». À l’époque, un certificat de décès avait conclu que Prudence Amoussou était morte des suites d’une maladie. La famille avait contesté et s’était opposé au retrait de la dépouille. Le collectif d’avocats, l’opposition, les organisations de défense des droits de l’homme sont toujours mobilisées pour obtenir la vérité sur la mort de Prudence et ils exigent que justice soit rendue. Quand on demande à la famille de Prudence si l’affaire est classée, avec la loi d’amnistie votée en novembre 2019 et ses obsèques, un membre fait cette réponse : « On verra bien rien n’est éternel »“, renseigne Rfi. Contacté, un responsable d’Amnesty international Bénin affirme avoir été informé de l’enterrement. Rien de plus. “Son enterrement n’éteint pas nos actions. Nous réclamons une justice pour elle et sa famille et utiliserons tous les moyens dont dispose Amnesty pour continuer à réclamer justice…Ce n’est pas le moment de reculer“, rassure ce dernier. Dans un communiqué rendu publique ce 10 décembre 2020, l’Organisation pour la défense des droits de l’homme et des peuples (Odhp) revient sur les conditions du retrait du corps et déplore une “pression des autorités béninoises” sur la famille. « Le corps de Dame Prudence Amoussou inhumé sous torture morale et pression sur la famille. Le 02 Décembre 2020, le corps de Dame Prudence Amoussou a été inhumé nuitamment à Tindji  (ZaKpota)…Madame Léocadie Kakpo, sœur aînée de dame Prudence  est invitée par téléphone à 23 heures le 1er Décembre pour se présenter  à la morgue du CNHU à 6 heures  du matin le mercredi 2 Décembre. Celui qui l’invite ne décline pas son identité. Elle se rend à l’heure et ne trouve personne pour l’accueillir. Après plusieurs heures d’attente, et après s’être fait rabrouer, elle se verra demander de payer  les frais de morgue sinon le corps de sa sœur ne leur sera pas remis. Elle explose de colère et oppose un refus catégorique à cette menace et pression. Entre temps, le vieux père de Dame Prudence qui tenait à peine debout  est conduit pour apposer ses empreintes dans un registre alors que ce n’est pas lui qui avait fait les formalités de dépôt du corps de sa fille tuée.  C’est sous ces pressions et menaces que le corps de la fusillée a été emporté en catimini, ni vu ni connu ainsi qu’on dit dans le jargon populaire. Ce n’est pas digne ces menaces sur  des gens qui trainent la douleur  de leur fille, sœur et mère abattue et qu’on fait passer pour morte des suites d’une maladie, alors que le monde entier l’a vue gisant dans le sang avant sa mort. Non, ce n’est pas acceptable !“, lit-on dans le communiqué de l’Odhp.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite