Hygiène et assainissement de base: Fin du Paphyr, la pérennisation des acquis préoccupe

632

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Programme d’amélioration de l’accès à l’assainissement et des pratiques d’hygiène en milieu rural (Paphyr) financé par le Conseil de concertation de l’eau et de l’assainissement(Wsscc) est arrivé à son terme. Ainsi, jeudi 10 décembre 2020, à l’hôtel Azalai à Cotonou, les différents acteurs impliqués dans sa mise en œuvre depuis 2015, se sont retrouvés à un atelier de capitalisation et de clôture. Occasion pour eux de faire le point du chemin parcouru en matière de lutte contre la défécation à l’air libre, partager les expériences de réussite et/ou d’échec, les difficultés rencontrées, les solutions adoptées, et échanger autour des leçons apprises et autour des défis et perspectives pour l’atteinte de l’Odd 6.2 d’ici 2030 en vue d’assurer l’accès de tous, dans des conditions équitables, à des services d’hygiène et d’assainissement adéquat et de mettre fin à la défécation à l’air libre en accordant une attention particulière aux besoins des femmes, des filles et des personnes en situation vulnérables.

 

Après six années de mise en œuvre du Paphyr au Bénin par Medical care development international (Mcdi) pour le compte du ministère de la santé, les attentes semblent être comblées ; même si ce n’est pas totalement. « Madame la directrice, vous étiez au début de ce programme. Vous avez été présidente du mécanisme de coordination du programme. Vous savez tout le travail qu’on a effectué derrière. Vous avez été une cheville ouvrière(…) Nous terminons une partie du travail que nous avons à faire, en 2020, avec satisfaction et détermination (…) Nous avons connu des moments critiques, mais il s’est trouvé à chaque fois, des hommes, des circonstances pour nous doper le moral à aller toujours de l’avant (…) L’impact d’un programme axé sur le changement de comportement ne se mesure pas à l’échelle d’un projet de deux ou cinq ans…. Nous allons donc travailler à vous présenter les résultats, que dis-je, les founding que nous avons eus du programme Paphyr, qui sont vraiment élogieux si on considère les conditions institutionnelles dans lesquelles on a travaillé, les conditions climatiques qui ont perturbé quelque peu les résultats, et surtout avec des techniques expérimentales nous avons été les pionniers. Globalement, le Bénin a fait son chemin. Nous sommes aujourd’hui autour de  50% de taux de Fin de défécation à l’air libre (Fdal). On a progressé de plus de 30 points en 5 ans, et le Paphyr a contribué à plus de 50% de cette réussite avec des moyens mis à disposition qui tournaient autour de 5 millions de dollars américains », a fait savoir, à la directrice adjointe de cabinet du ministre de la santé et à l’assistance, Félix Adégnika, coordonnateur national du Wsscc devenu officiellement, depuis le 17 novembre 2020, Fonds mondial pour l’assainissement et l’hygiène. Dans la même veine, la Directrice adjointe de cabinet du ministre de la santé, Eléonore Gandjèto complète : « (…) le Paphyr a comptabilisé 5547 localités pré certifiées avec environ 107830 personnes qui vivent désormais dans un environnement sans défécation à l’air libre. Nous pouvons nous réjouir de ce résultat, mais il s’avère indispensable de continuer à maintenir les acquis pour limiter le retour à la défécation à l’air libre (Dal) ».  Le coordonnateur du Wsscc est bien conscient de ce défi. « Le défi est de voir un Bénin qui a mis fin à la défécation à l’air libre à l’horizon 2030 et donc qui devra répondre à la cible 6.2 des Objectifs de développement durable. La mise en œuvre du Paphyr nous a permis d’apprécier l’ampleur de ce défi mais aussi notre capacité à relever ce défi. Nous savons aujourd’hui que c’est possible. C’est possible si nous pouvons capitaliser tous les acquis que nous avons reçus de ce programme », a-t-il laissé entendre avant de rassurer de la disponibilité du Fonds à accompagner le Bénin qui est déjà éligible. « (…) mais il faudra qu’on travaille, qu’on puisse pousser à être élu. Le Bénin est un partenaire privilégié de ce Fonds. J’ai bon espoir que d’ici quelques mois nous allons pouvoir continuer à supporter financièrement et techniquement le Bénin pour ce défi qui est de mettre fin à la défécation à l’air libre à l’horizon 2030 au plus tard », a ajouté M. Adégnika. Saisissant la perche, la Directrice adjointe de cabinet a témoigné de l’engagement du gouvernement en vue du renouvellement de l’appui du Fonds pour continuer les efforts de lutte contre la Dal. « Je profite de cette occasion pour exprimer ma reconnaissance à l’équipe de la direction de la promotion de l’hygiène et de l’assainissement de base, à tous les maires des zones d’intervention du Paphyr, les responsables Eau, hygiène et assainissement des communes, les coordonnateurs départementaux de la composante hygiène et assainissement de base et leurs assistants qui n’ont ménagé aucun effort dans la mise en œuvre de cette belle expérience. De même, je dis un grand merci aux communautés pour leur disponibilité au cours de la mise en œuvre des activités, à l’association des promoteurs d’hygiène et d’assainissement (Apha) et à tous les intervenants du programme », a conclu la cheffe du Paphyr, Yadjidé Adissoda Gbèdo qui s’est réjouie par ailleurs des résultats obtenus.

 

JB

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite