Vaccination anti-Covid-19: Pour un accès équitable

546

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alors que des mesures subséquentes continuent d’être prises pour contenir la menace sanitaire du Covid-19, la découverte d’un vaccin apparait aujourd’hui comme un grand soulagement. Cependant un défi demeure : l’accès équitable au vaccin anti-Covid-19. « La question est de savoir quand et comment mettre le vaccin anti-Covid à la disposition de tous », se préoccupe la Banque mondiale dans une récente publication. 

 

- Advertisement -

“Afin de protéger les vies et les moyens de subsistance, nous devons garantir la distribution des vaccins, dès que ceux-ci seront disponibles. Cette tâche représente un défi immense, en particulier pour les pays en développement. Les laboratoires Pfizer-BioNTech et Moderna ont chacun annoncé l’arrivée imminente d’un vaccin, et d’autres essais vont aboutir prochainement.  La question n’est donc plus de savoir si un vaccin sera disponible, mais quand et comment le mettre à la disposition de tous. Il est primordial que les pays à revenu faible et intermédiaire aient un accès équitable aux vaccins, au profit avant tout des personnes qui en ont le plus besoin. La réussite de la vaccination nécessitera aussi de renforcer les systèmes de santé et les capacités logistiques…Notre objectif est de permettre la vaccination d’un milliard de personnes. Au-delà de l’achat des vaccins, leur diffusion à grande échelle exige une planification minutieuse, un personnel qualifié et des infrastructures sanitaires fiables“, lit-on dans la publication. Et pour y parvenir, la Banque mondiale évoque trois principaux chantiers. « Premièrement, la logistique. Les gouvernements devront améliorer le transport et le stockage afin d’assurer la conservation des vaccins. Certains auront besoin d’aide pour atteindre les zones reculées, augmenter leur capacité de stockage, mettre en place une chaîne du froid et renforcer les structures de santé…Deuxièmement, la vaccination elle-même. Aujourd’hui, la plupart des pays ne vaccinent que les nourrissons. Il leur faudra établir un ordre de priorité : soignants, personnes âgées ou à risque, enseignants, forces de police, commerçants, etc. Dans le même temps, les pays devront rétablir d’autres services de santé qui ont été perturbés. Il faudra garantir que les vaccins soient effectivement distribués et inoculés, y compris la deuxième dose requise pour la plupart d’entre eux… Troisièmement, l’acceptation par la population. Les Etats pourraient être confrontés à un scepticisme généralisé quant à la sécurité de vaccins mis au point à une vitesse record. Les récentes épidémies d’Ebola ont souligné l’importance de renforcer la confiance dans la vaccination“, fait observer la Banque mondiale. L’Institution entend alors aider au moins cent pays à se préparer à déployer les tests, traitements et vaccins anti-COVID. Parmi les solutions innovantes figurent la reconversion des canaux de distribution alimentaire pour l’acheminement des vaccins et l’utilisation de blockchains pour suivre la livraison. “ Le défi que représente la distribution des vaccins anti-COVID montre la nécessité de disposer de systèmes de santé solides et inclusifs dans chaque pays. Nous devons adopter une vision globale et renforcer la résilience, car de nouvelles crises surviendront à l’avenir. L’urgence de la vaccination peut en outre favoriser des efforts sanitaires plus vastes, comme en Afghanistan et au Nigeria, où les dispositifs de vaccination ont renforcé les soins primaires en améliorant la logistique et la gestion de la chaîne du froid“, renseigne la publication.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite