Festival des Rythmes et Cadences de Couvents de Source: Hounnongan Atcho Dègnon célèbre 17 femmes vertueuses

923

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Véritable ciment du noyau familial…)

Les locaux de l’hôtel Sassou au quartier Cococodji dans la Commune d’Abomey-Calavi abritent du 10 au 11 décembre 2020, la saison 5 du Festival des Rythmes et Cadences de Couvents de Source. C’est la quintessence de la conférence de presse donnée par Hounnongan Atcho Dègnon Promotrice dudit événement le lundi 07 décembre au Négro Palace de Godomey. Une cinquième édition qui s’organise sous le respect strict des gestes barrières au Covid-19 et à travers laquelle plus d’une trentaine de femmes recevront des formations qui leurs permettent de savoir comment s’occuper de leur homme et comment jouer leurs rôles de femmes au foyer. Une initiative assez louable quand on sait que beaucoup de couples ont des difficultés à cause des comportements répugnants de la femme. Les femmes peuvent s’estimer heureuses, du moins celles qui derrière leurs maris constituent de véritables sources de courage, d’abnégation et d’engagement pour ces derniers. Celles qui ne refusent rien mais qui acceptent tout et se mettent avec détermination au service de leurs maris et qui aux côtés des hommes jouent un rôle prépondérant dans les travaux du couvent. Ce genre de femmes, elles étaient très rares, mais depuis que Hounnongan Atcho Dègnon ou Olga Nobre Vigouroux a eu l’ingénieuse idée de reconnaître les mérites des femmes qui se battent jour et nuit pour l’harmonie dans les couvents ; plusieurs femmes ont commencé par s’efforcer en changeant de comportements afin de mériter la distinction.

Chaque année depuis 2016 donc, Hounnongan Atcho Dègnon a célébré ces braves femmes, respectueuses, soumises à leurs maris, vertueuses et qui maintiennent l’équilibre de leur foyer. Si les années précédentes elles étaient une trentaine à recevoir la distinction, le Président de l’Association Vimandjito Hounnongan Kpôhounmè parrain du Festival et Hounnongan Atcho Dègnon ont décidé de revoir ce nombre à la baisse. Pour le compte de la saison 5 du Festival des Rythmes et Cadences de Couvents de Source, 17 femmes au lieu de 30 recevront la distinction puisque la Promotrice et le parrain sont soucieux du respect des mesures barrières au Coronavirus.  Le jeudi 10 jour du lancement du Festival des Rythmes et Cadences de Couvents de Source, les femmes nominées ainsi que plusieurs de leurs sœurs reçoivent différents types de formations sur les comportements d’une femme soumise et vertueuse au foyer ; le rôle d’une femme qui a épousé un dignitaire du culte endogène ; comment la femme en général et la femme du garant de la tradition en particulier, doit-elle se comporter ? ; Comment devrait-elle entretenir son ménage, son homme, ses enfants ? Etc. toutes choses salutaires et absolument nécessaires de nos jours quand on sait que la non maîtrise de tout ceci, entraine des problèmes incessants dans les foyers. Tout ceci se déroule donc en chants et en danses sous la houlette bien sûr de Hounnongan Atcho Dègnon. Il faut rappeler que c’est un travail minutieux qui a abouti à la sélection des femmes. Hounnongan Atcho Dègnon assistéé par les Kpindjigan (assistants des Hounnon et Hounnongan), sillonnent les couvents et temples à la rencontre des dignitaires. C’est au cours de ces sorties que des enquêtes se font et des observations prises en compte. Il peut arriver que le comité demande au dignitaire de désigner lui-même parmi ses femmes, laquelle l’assiste vraiment et qui l’aide à tout faire par rapport aux travaux du couvent. Dans ce cas, les enquêteurs fouillent davantage afin de savoir si le choix du dignitaire est le bon. Et il est déjà arrivé  des choix biaisés au niveau des maris, que Hounnongan Atcho Dègnon corrige après investigations. C’est dire donc que cette distinction, c’est les femmes battantes, les véritables femmes qui aident leurs époux au couvent, bref les méritantes qui la reçoivent.  Elles seront 17 heureuses qui ce vendredi 11 décembre 2020, s’ajouteront à la centaine de femmes distinguées les années antérieures. Vivement que les autorités béninoises soutiennent cet événement qui est un véritable ciment du noyau familial, gage d’une éducation de qualité pour les enfants qui constituent la relève et l’avenir du Bénin de demain.

P. H.  YOBODE(Coll.)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite