Commue d’Adjohoun: L’Appe offre barques, gilets, masques et savons aux enseignants

638

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Finies, les peines des enseignants et écoliers de la Maternelle et du Primaire de la basse vallée d’Adjohoun quant à la traversée du fleuve en temps de crue ou de décrue pour aller en classe. Leur appel à l’endroit de l’Association pour la promotion de l’excellence (Appe) a reçu un écho favorable. Sept barques et 35 gilets de sauvetage, à raison de 5 par barque, leur ont été gracieusement offerts par les membres de l’Appe, qui ne sont rien d’autre que des fils de la Vallée notamment de la commune d’Adjohoun. La cérémonie fort simple de remise du don, qui a eu lieu dans la matinée du vendredi 4 décembre 2020, a réuni, au bord du fleuve Ouémé, à l’embarcadère d’Agbakon,   divers acteurs de l’école, des membres de l’Association et le maire de la Commune.

 

« L’Appe a été sensible à votre cri la dernière fois quand vous avez expliqué qu’à cause des barques, nos enfants qui sont de l’autre côté du fleuve n’ont pas pu faire la rentrée. Nous nous sommes revus, nous avons étudié et nous avons pensé à apporter notre pierre pour résoudre ce problème épineux et sérieux », a laissé entendre le président de l’Appe, Pierre Allianvi pour situer le don dans son contexte.  En plus des barques et gilets, des centaines de cache-nez à l’effigie de l’association et des bidons de savon liquide pour le lavage des mains ont été distribués à plus de dix écoles de la localité. Le président de l’Association a souligné que ces seconds lots constituent un appui pour protéger les acteurs de l’école contre la Covid -19. Tout calcul fait, le don, dans son ensemble, est évalué à 2.800.000 FCfa. « Ce matériel va vous servir à bien vous occuper de nos enfants pour qu’ils soient excellents parce que c’est des excellents que nous avons besoin, pour qu’ils soient à l’heure à l’école, pour qu’à l’avenir on constate un meilleur résultat au niveau de nos enfants », a insisté M. Allianvi. Face à ce qu’il a qualifié de grand geste de l’Alliance à l’endroit des écoles de la Vallée, Raymond Daassi, chef région pédagogique Adjohoun-Bonou n’a pas caché ses sentiments : « L’Appe est venue ainsi mettre fin à une grande souffrance. Nous savons comment les enseignants de ces écoles se rendent à l’école. Il faut même payer avant de traverser l’eau. Aujourd’hui, je peux déjà dire que c’est gratuit. Là, je dis bravo à l’Appe ». En son nom propre et au nom des bénéficiaires, il a ensuite souhaité une longue vie à l’Appe. Tout en rassurant les donateurs qu’un très bon usage sera fait du don, le chef région pédagogique a été ferme : « Ici, je lance un appel solennel à mes directeurs et à tous les autres collaborateurs, d’en faire vraiment un bon usage. Et en faire un bon usage, ça ne s’arrête pas seulement à l’entretien des barques. Il y a bien sûr l’entretien, mais il y a aussi que nous devons montrer à l’Appe que c’est fini maintenant les retards à l’école. À cause du manque de barque, on vient au bord du fleuve et on dit qu’on n’a trouvé personne. C’est fini ! Les absences, pour manque de barque, c’est fini ! ». A son tour, la première autorité communale, le maire François Zannou-gbo va également manifester sa joie face au geste de l’Appe qui, a-t-il souligné, vient à point nommé d’autant que c’était un sujet préoccupant pour le conseil communal. « Je dis merci à l’Appe », a-t-il laissé entendre en exhortant d’autres mécènes à emboîter le pas à l’Appe.

Il faut souligner que c’est le 3 octobre 2020 au Collège d’enseignement général d’Adjohoun, dans le cadre de la promotion de l’excellence, son événement annuel de récompense des meilleurs élèves et candidats d’Adjohoun aux divers examens scolaires de l’année, que l’Appe a été informée de ce problème de barques. Et juste deux mois après, ses membres ont agi pour le bonheur de la population.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite