Elections professionnelles et risque de désolidarisation d’un syndicat: L’Unstb plus que jamais fragilisée ?

767

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

A quelques jours seulement des élections professionnelles, les nouvelles sont loin d’être rassurantes pour l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb). Alors que le nouveau bureau de la centrale continue d’essuyer des critiques de certains responsables de syndicats affiliés, l’Union nationale des animateurs et éducateurs des écoles maternelles du Bénin (Unaeem-Bénin) a décidé de suspendre son affiliation à l’Unstb. Une décision qui pourrait être préjudiciable à la confédération, les élections professionnelles étant imminentes…

 

L’Unstb part-elle fragilisée aux élections professionnelles du 12 décembre prochain ? La question mérite bien d’être posée au regard des récents faits qui alimentent l’actualité. Dimanche, 29 novembre 2020, les militants de l’Union nationale des animateurs et éducateurs des écoles maternelles du Bénin (Unaeem-Bénin), un syndicat affilié à la confédération syndicale, se sont réunis à Abomey en conseil syndical extraordinaire. Une assise qui a permis aux syndiqués de débattre des difficultés rencontrées et surtout de prendre des décisions pour mieux défendre et préserver les acquis socio-professionnels des travailleurs. Ainsi, l’organisation syndicale a décidé de la suspension de son affiliation à l’Union nationale des syndicats des travailleurs du Bénin (Unstb). Un coup dur pour la confédération syndicale qui s’active à remobiliser sa troupe afin de participer aux élections professionnelles du 12 décembre prochain. “…Notre Sg/Unaeem-Bénin qui, de surcroît est la Sga de l’Unstb est maltraitée. Elle n’est plus écoutée et non plus consultée par rapport à des décisions concernant notre syndicat et même tout ce qui se passe aussi au niveau de l’Unstb“, se désole Crépin Hossou, secrétaire général adjoint de l’Unaeem. C’est donc clair qu’il y a malaise au sein de cette confédération syndicale. Pour ce dernier, si des difficultés justifient par la démission de certains responsables de l’Unaeem-Bénin de leurs postes, l’Unstb serait la source des frustrations. Toutefois, les conseillers de l’Unaeem-Bénin ont décidé d’instruire le bureau directeur national de rester ouvert au besoin d’échanger avec l’Unstb pour les modalités de retour de l’Unaeem-Bénin au sein de cette confédération mère, de réaffirmer leur foi en un syndicalisme de solidarité,  de démocratie interne et de dialogue social efficace. A un moment où les responsables syndicaux des confédérations  parcourent monts et vallées pour remobiliser les militants afin de gagner les prochaines élections professionnelles, il importe de se demander à quelle sauce sera mangée l’Unstb. Car, des dissensions internes n’en finissent toujours pas…

Des griefs contre le nouveau bureau…

Le nouveau bureau élu à la tête de l’Unstb est loin de faire l’unanimité. “…Quand vous regardez le bureau, vous allez voir qu’environ 80% des membres sont de l’enseignement primaire mais on a dit une confédération. Une confédération, c’est tous les secteurs d’activités du Bénin. Mais nous voyons que ce bureau est composé presqu’uniquement que d’enseignants du primaire comme si c’était une fédération de l’enseignement. On a l’impression que c’est des gens qui ont été cooptés pour rester dans le bureau. D’ailleurs, nous n’avons vu personne de ce bureau en train de défendre les enseignants ou les travailleurs. Et je les mets au défi. Il y a trop de choses à dire et nous, nous allons y revenir par des voies requises“ avait dénoncé, dans un entretien accordé à votre journal, Thierry Dovonou, secrétaire général du Syndicat national des professeurs permanents et contractuels (Synappec), membre de l’Unstb. D’ailleurs, plusieurs responsables syndicaux n’ont pas hésité à boycotter les travaux du 8ème Congrès de l’Unstb. “Depuis 15 ans, que monsieur Zounon est secrétaire général de notre confédération, il n’a jamais fait un point financier ni des subventions de l’Etat, ni des cotisations des syndicats affiliés. Et nous avons conditionné notre participation au congrès par le point financier…Ils ont tenu un congrès et c’est cinq jours après que nous connaissons les membres du bureau’’ a lancé le syndicaliste. La situation semble moins favorable à cette confédération syndicale qui devra consentir d’efforts et sacrifices pour aplanir les divergences avant qu’il ne soit tard. Ceci, si elle veut bien faire partie des confédérations syndicales les plus représentatives au lendemain des prochaines élections professionnelles.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite