Ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale: 42,171 milliards de budget pour 2021

1 363

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Alassane Seidou,  Ministre de la décentralisation et de la gouvernance locale était dans la soirée d’hier, mercredi 25 novembre 2020, face à la Commission budgétaire au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. Ce dernier a présenté aux députés les ambitions du gouvernement pour l’année 2021 dans le domaine de la décentralisation et de la gouvernance locale. On retient que le budget du ministère de la Décentralisation et de la gouvernance locale  pour 2021 est de. 42.171.635.000 Fcfa : c’est ce qu’a confié le ministre Alassane Seidou à la presse parlementaire à sa sortie de la séance tenue avec la Commission budgétaire.

 

«…Le projet de budget du ministère de la décentralisation et de la gouvernance locale pour l’année 2021 s’élève à 42.171.635.000 Fcfa. C’est un budget qui sera entièrement consacré au développement local ; c’est-à-dire la réalisation des infrastructures dans nos communes pour améliorer les conditions de vie de nos populations, au fonctionnement du ministère au niveau central et au niveau décentralisé ; c’est-à-dire dans les départements. (…) Nous sommes en train de travailler et il y a toujours des améliorations dans le cadre des transferts des ressources. Les compétences sont véritablement transférées aux Communes. Les Communes exercent beaucoup de compétences et de ressources. Chaque année, l’Etat fait un peu plus d’efforts. En 2020, l’Etat a octroyé 15 milliards Fcfa aux communes et pour 2021 plus de 16 milliards Fcfa. En plus, l’apport de l’Etat est appuyé par les partenaires. Je parle de 15 milliards Fcfa juste pour les investissements. Donc, en 2021, c’est 16 milliards Fcfa pour les investissements. Pour le fonctionnement, l’Etat apporte 10 milliards Fcfa aux communes. Ces ressources sont utilisées par les maires. Lorsque vous prenez les ressources transférées aux Communes, il y a le Fonds d’appui au développement des Communes (Fadec) qui comprend deux parties. Nous avons le Fadec non affecté qui est utilisé par les maires pour exécuter leurs propres plans de développement et le Fadec affecté qui va aux communes par le truchement des ministères pour réaliser les infrastructures dans le cadre du fonctionnement de ces ministères (…). C’est pour que les préoccupations des populations soient prises en compte que l’Etat ne réalise pas les infrastructures et passe les ressources aux conseils communaux pour que les infrastructures soient réalisées par les conseillers (…). Les députés ont exprimé plusieurs préoccupations. D’abord, par rapport aux moyens de transport des maires. Ils se sont plaints du fait que plusieurs maires n’aient pas de moyens de déplacement dignes de ce nom. Je les ai rassurés que le gouvernement est en train de travailler dans ce sens. Ils se sont aussi préoccupés de la délimitation des frontières entre les communes parce que c’est une situation qui entraîne beaucoup de soulèvements et de protestations des populations. Nous sommes en train de travailler sur ce dossier ensemble avec le ministère du Cadre de vie. Par le passé, c’était le ministère de la Décentralisation, de la gouvernance locale, de l’administration et de l’aménagement du territoire. Aujourd’hui, nous n’avons plus l’aménagement du territoire dans notre portefeuille. On ne peut pas parler de la délimitation des frontières sans associer les maires et les préfets. De ce fait, nous travaillons avec le ministère du Cadre de vie pour résoudre ce problème et je crois que là, il y a des avancées assez remarquables qui seront d’ici là très visibles… » s’est-il exprimé.

Kola PAQUI/ Br Ouémé-Plateau

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite