Grève des étudiants à l’Uac: Le Recteur se prononce sur les revendications

1 414

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après un moment d’accalmie, des organisations estudiantines notamment l’Union nationale des scolaires et étudiants du Bénin (Unseb) et la Fédération nationale des étudiants du Bénin (Fneb) déclenchent une grève pour exiger la satisfaction de leurs revendications. Intervenant sur Frissons radio, le recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Maxime da Cruz a évoqué les différentes démarches menées quant à la satisfaction des revendications de la communauté estudiantine.

 

 A en croire l’autorité rectorale, les différents points ont été souvent évoqués et des approches de solutions proposées. Quant aux faux frais dénoncés, le recteur indique que «le gros problème est lié aux frais de sortie pédagogique ». Tout en reconnaissant que dans l’arrêté rectoral 034, cette activité ne faisait l’objet d’aucun paiement,  «on s’est rendu compte que, et ils partagent ce point de vue, les sorties pédagogiques ont un coût ». Et «la question c’est de savoir qui a en charge ce coût-là», poursuit l’autorité rectorale. Il y aurait eu consensus autour de la question du coût. Et «la discussion est allée dans le sens de comment faire pour que ces besoins soient satisfaits mais en même temps, il faut éviter de mettre à la charge des étudiants, un certain nombre de frais ». Évoquant la question des huit semestres, il estime qu’il faut poser le problème « sous un autre angle ». De ses explications, il ressort que les textes sur le LMD (Licence-master-doctorat) qui sont appliqués déterminent que dans un cycle de licence, l’étudiant dispose au maximum de huit semestres. « Ce qui, selon lui, suppose qu’on lui permet de reprendre une année soit deux semestres », affirme Maxime da Cruz. Seulement qu’il y en a qui malheureusement, au terme de ces huit semestres n’ont pas pu valider toutes les unités d’enseignement. Et pour le recteur Maxime da Cruz, «ce type de problème se règle à travers les délibérations ». Des démarches qui n’ont visiblement pas convaincu les étudiants. Ces derniers, à travers l’Unseb et la Fneb, déclenchent un mouvement de paralysie des activités sur le campus d’Abomey-Calavi. Après un sit-in le mercredi, 18 novembre 2020, les responsables étudiants ont décidé d’opter pour la paralysie des activités sur le campus universitaire d’Abomey-Calavi afin d’obtenir gain de cause. Des revendications d’ordre économique, on peut évoquer “la suppression des faux frais (inscription pédagogique, frais de travaux pratiques, de laboratoire, de stage, de réclamation pour omission de note ou de nom…) dans nos écoles, instituts et facultés et le strict respect de l’arrêté rectoral 034 qui fixe les frais de délivrance d’actes administratifs ; l’abrogation de la mesure de huit semestres que certains doyens de facultés, des directeurs d’écoles et instituts tentent ou envisagent appliquer à compter  de  la rentrée universitaire 2020-2021 et jusqu’à  nouvel ordre tant que les conditions d’études prévues par le système LMD ne seront pas bien réunies ; l’effectivité des cours dans les amphis tout en éclatant les amphis à  effectifs pléthoriques en plusieurs groupes pédagogiques qui feront les cours suivant un programme de cours à établir à cet effet et doter les amphis des dispositifs de lavage de mains, de gels hydro-alcooliques, des masques afin de faciliter le respect des mesures barrières contre la COVID19 ; le recrutement des enseignants pour un encadrement plus optimal des étudiants dans les amphis afin de favoriser l’éclatement en de petits groupes pédagogiques ; la rétrocession des 15.000f injustement perçus chez certains camarades étudiants au cours de la rentrée académique 2017-2018 ; la relecture  du décret n°2017-155 du 10 mars 2017 portant critères d’octroi des allocations d’études universitaires et les arrêtés d’application pris à cet effet afin d’intégrer des modalités qui vont permettre l’accès aux allocations universitaires à tous les étudiants qui auront la moyenne requise et remplissent  les critères fixés  à cet effet“. Quant aux revendications d’ordre social, la Fneb et l’Unseb exigent l’affichage immédiat et sans délai des listes restantes à la DBSU ; l’achat de nouveaux bus pour faciliter le transport étudiant afin d’éviter l’entassement des camarades étudiants et la mise en danger de leurs vies; l’extension des services du COUS-AC vers les autres campus et centres universitaires ( FSS, ENEAM, INMeS, INJEPS, ADJARRA etc…) ; la conception d’une rubrique dérogatoire pour contourner la procédure de passation de marchés publics notamment au niveau du COUS en cas d’urgence ; le paiement sans délai des arriérés de  frais de mémoire, de stage à tous les bénéficiaires ; la relecture du décret portant financement  des organisations  estudiantines afin d’y intégrer des modalités que les responsables étudiants  jugent aussi bien nécessaires  pour  le bon fonctionnement de leurs  activités statutaires. Les deux organisations estudiantines condamnent des actes de restriction des libertés publiques et exigent le respect du processus électoral qui fait la promotion de la démocratie dans le choix des recteurs, les doyens et les chefs d’établissement ou du département ; la justice à feu Théophile Dieudonné DJAHO, étudiant tué lors des manifestations sur le campus ; le respect de la franchise universitaire.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite