Talon en propagande pour le second mandat ou non?: La Rupture s’embrouille et s’embourbe !

2 493

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans quel registre placer la tournée nationale entreprise par Patrice Talon depuis le 12 novembre 2020 ? Tournée de reddition de compte, constat de l’évolution des chantiers en cours ou une tournée propagandiste à but électoraliste ? Même la Rupture ne s’en sort pas quant au sens exact à donner à ce déplacement de Patrice Talon, à l’intérieur du Bénin, à 5 mois de la présidentielle de 2021.

 

Plus les jours passent, plus la contradiction s’installe. En effet, à l’entame de ce périple, commencé par la Commune de Savè, le discours de Patrice Talon était un peu confus. Selon l’endroit, il variait pour ce qui est du sens à donner à cette tournée. A Tchaourou, par exemple, où la ville d’origine de Boni Yayi s’est sentie oubliée dans le Programme d’action du gouvernement, le chef de l’Etat a fait la promesse de recommander expressément Tchaourou à son successeur pour des actions urgentes.  Mais à d’autres endroits, il s’est laissé aller à des promesses de toutes sortes. C’est le cas par exemple à Dassa-Zoumè où l’actuel locataire de la Marina a promis pour bientôt la construction d’une cité administrative et des écoles techniques. A Savè, Patrice Talon a promis un lycée technique moderne, la construction du pont de l’Okpara, de même que l’asphaltage prochain des rues de Savè. Des promesses qui, à voir l’envergure, ne peuvent pas tenir dans le délai de 5 mois qui reste dans le quinquennat en cours.

Patrice Talon fait-il alors des promesses en quelle qualité? En tant que Candidat et donc, probablement président à sa propre succession ? Le chef de l’Etat est allé plus loin dans ses propos relayés abondamment : « Le but de notre tournée nationale est de prendre connaissance des défis à relever pour les 5ans 4mois à venir ». Les mêmes questionnements exprimés précédemment subsistent.  En réalité, ce sont visiblement toutes ces déclarations qui ont amené le parti d’Opposition en gestation Les Démocrates à dire, dans un communiqué rendu public le 21 novembre, qu’il s’agit d’un déplacement à but électoraliste. Et comme une réponse du tac au tac, le discours de l’hôte actuel des communes a changé. <<Je suis venu pour faire le bilan, je ne suis pas venu pour étaler le programme d’un second mandat>>, a laissé entendre Patrice Talon, lundi 23 novembre 2020 à Lalo, trois jours après la sortie des Démocrates.

Mais, alors que le chef de l’Etat semblait prendre conscience de la nécessité d’adapter son discours à ce que devrait être cette tournée, une séance de reddition de compte, le député Union progressiste (parti soutien), Gérard Gbénonchi a enfoncé le clou. « Ce que les autres étaient en train de manger et dont nous sentions l’odeur est maintenant proche de nous. Comme une réponse du Président aux nombreuses attentes de nos populations, il s’est engagé que les cinq prochaines années seront pour le peuple. Nous devons donc nous mobiliser et resserrer les rangs » a déclaré  le député de la 11e circonscription électorale, au moment où le chef de l’Etat entame sa tournée dans le Couffo. À le lire, on peut bien s’interroger à nouveau sur le pourquoi d’un tel engagement sur cinq autres prochaines années.

Finalement, on se demande s’il y a lieu de chercher à se justifier sur le motif qui sous-tend cette tournée nationale du chef de l’État dans une soixantaine de villes du pays. L’exercice paraît périlleux déjà pour la Rupture. Ça va dans tous les sens. On s’embrouille… Et si on ne s’embourbe pas encore, c’est qu’on n’est pas loin.

Mike M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite