Cantines scolaires au Bénin: 90% de couverture d’ici la rentrée prochaine?

386

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Profitant de sa tournée dans plusieurs communes du Bénin, le Président de la République, Patrice Talon touche du doigt, les réalités des populations. A chaque étape, des problèmes sont évoqués et des promesses faites en vue d’un soulagement des peines des citoyens. A l’étape de Toviklin ce lundi, 23 novembre 2020, le Chef de l’Etat, reconnaissant l’importance des cantines scolaires, a promis que des actions seront menées afin que 90% des écoliers en soient bénéficiaires d’ici l’année scolaire 2021-2022. « D’ici à la rentrée prochaine, 90% de nos enfants à l’école auront droit à un repas par jour», a déclaré Patrice Talon, selon les propos rapportés par plusieurs médias locaux. Une nouvelle très appréciée dans l’opinion publique. Mais cela suscite tout de même une interrogation. Le budget alloué au secteur éducatif sera-t-il suffisant pour passer de 51% de taux de couverture des écoles primaires à 90% en moins d’un an ? La question reste toute posée. Le peuple béninois se réjouira, de toute façon, que des conditions soient réunies pour maintenir les enfants à l’école. Ce sera surtout un exploit à l’actif du gouvernement. Conduite par le Programme alimentaire mondial (Pam) depuis 2017, la gestion des cantines scolaires dans les écoles primaires au Bénin est mise en œuvre à travers le Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi) du gouvernement béninois. Un programme mis en œuvre dans 3851 écoles.  Ce programme participe entre autres, à la lutte contre la déscolarisation et la malnutrition. Le Pnasi va désormais au-delà du repas à l’école. Le Pam en fait un outil de solidarité et de développement communautaire. Le processus de son appropriation par les communautés pour sa pérennisation est en cours. Autour de la cantine scolaire dans une école, sont organisées d’autres activités dont élevage, l’agriculture, la pisciculture, gérées entre la communauté et l’école. Des groupements de femmes sont appuyés pour des activités génératrices de revenus grâce aux partenariats que le Pam arrive à décrocher pour aider le programme. Ces partenariats permettent aussi d’apporter des solutions à des préoccupations telles que la construction des réfectoires, des cuisines, des infrastructures et autres. Le gouvernement béninois, à travers le Programme national d’alimentation scolaire intégré (Pnasi), fait du droit à l’alimentation, une priorité. Ceci, dans l’optique d’améliorer l’accès à l’enseignement primaire et accroître le taux de rétention scolaire (surtout chez les filles) par la fourniture des repas chauds aux enfants.

 

- Advertisement -

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite