Sécurité maritime dans le golfe de Guinée: Le Bénin aguerri sur l’enjeu de l’approche communautaire

962

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

‘’Développer la culture de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée’’. C’est le thème du cours de formation qui réunit à Bénin royal hôtel (Cotonou) du lundi 23 au vendredi 27 novembre 2020, les principaux acteurs intervenant dans la sécurité maritime au Bénin. Initié par le Centre international Kofi Annan de Formation au maintien de la paix, en collaboration avec le gouvernement danois, il vise à contribuer à l’amélioration de la sécurité dans le Golfe de Guinée (GoG) en renforçant la collaboration et la coopération entre les agences responsables de la sécurité maritime au Bénin. 

 

La recrudescence des actes de piraterie ou de brigandage en mer plus particulièrement dans le GoG n’est pas du goût des autorités maritimes. La sûreté de la circulation sur les mers qui, jadis, paraissait un acquis hors période de conflit, est à nouveau menacée. Et, puisque, laisse entendre le Chef d’État-Major Général des Forces armées béninoises (Fab), Patrick Jean-Baptiste Aho, la sûreté de la circulation par voie maritime ne se décrète pas mais se gagne, cet atelier de formation, au regard des défis, vient à point nommé. «Il offre un cadre idéal pour examiner les  thématiques pertinentes afin de favoriser l’échange d’expériences, de meilleures pratiques et de mettre au point, des moyens novateurs qui permettront de relever le défi régional ainsi que de trouver des moyens pour mettre en œuvre les initiatives visant à promouvoir la sécurité maritime le long du GoG», fait-il savoir procédant à l’ouverture de l’atelier. Il garde bon espoir qu’à l’issu de ce cours de formation (2ème édition après le Ghana), le Bénin améliore ses capacités de gouvernance maritime. Sa reconnaissance de ce fait, va à l’endroit des responsables du Centre international Kofi Annan de Formation au maintien de la paix qui a vocation de former les acteurs clé de la sécurité maritime dans le GoG.

Loin d’un atelier de trop, signifiera à son tour, Maxime Ahoyo, préfet maritime du Bénin, cette formation est la bienvenue. La lutte contre l’insécurité en mer est une lutte, estime-t-il, de longue haleine qui nécessite les rencontres régulières, des échanges d’expériences réguliers. «C’est dans le partage que nous acquerrons l’expérience pour aller de l’avant. Les organisations au niveau des Etats n’étant pas les mêmes», constate-t-il. Et, si l’accent est mis sur le GoG, poursuit l’homme, c’est parce qu’il est une route stratégique pour le transport maritime international et il y a urgence d’œuvrer pour sécuriser cette route maritime qui concourt «énormément» au commerce mondial. En réalité, mentionne le Général Francis Ofori, Commandant du Centre international Kofi Annan de Formation au maintien de la paix (Ghana), malgré une baisse significative du nombre d’incidents de criminalité maritime dans le monde, le golfe de Guinée continue de subir un nombre croissant de crimes maritimes dans les eaux internationales et territoriales, faisant du GoG les routes de navigation les plus dangereuses au monde à ce moment. Les statistiques apeurent, alerte-t-il. Au cours du premier semestre 2020, à l’entendre, le Centre de signalement des actes de Piraterie (Piracy Reporting Centre, PRC) du Bureau maritime international a enregistré 98 incidents de piraterie et de vol à main armée, contre 78 au deuxième trimestre 2019. Pour lui, les activités des criminels maritimes ne constituent pas seulement une menace pour le transport maritime international et régional ; elles sabotent la sécurité et le développement des États côtiers du Golfe de Guinée.

De la formation

La formation portera sur des sujets aux cadres juridiques et politiques en matière de sécurité maritime et de réponse aux menaces a la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. Les autres modules du cours comprennent la cartographie des acteurs de la sécurité maritime, les lacunes de l’architecture de la sécurité maritime au sein du golfe de Guinée, l’action de l’Etat en mer (comités nationaux de sécurité maritime), la gestion des relations et la collaboration interinstitutionnelle, le renseignement maritime, le partage et la gestion des informations et les mécanismes de notification des incidents dans le golfe de Guinée, entre autres. Par ailleurs, la formation comprendra les sessions pratiques qui permettront aux participants d’acquérir les compétences nécessaires pour gérer les situations réelles.

C.K

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite