Industrialisation de l’Afrique (Fedia 2020): La diaspora se mobilise à Cotonou

313

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Forum économique de la diaspora pour l’industrialisation de l’Afrique (Fedia 2020) se déroule du 19 au 21 novembre 2020 à Sun beach hôtel de Cotonou. Cette rencontre qui mobilise une centaine de participants permettra non seulement de faire le diagnostic mais surtout de jeter les bases d’une véritable industrialisation en Afrique. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée ce jeudi, 19 novembre 2020.

- Advertisement -

La diaspora est en conclave à Cotonou pour mener des réflexions et harmoniser les connaissances et expériences en vue de l’essor industriel du continent africain. Ceci, dans le cadre de la première édition du Forum économique de la diaspora pour l’industrialisation de l’Afrique (Fedia 2020). Ce rendez-vous économique mobilise une centaine de participants (en présentiel et en ligne) et se positionne comme l’unique creuset dédié à l’industrialisation de l’Afrique. A en croire Marx Tomety, président du comité d’organisation et directeur général d’Afric Conquet, l’idée du Fedia est “partie de l’analyse de l’économie mondiale qui révèle que le concept de la globalisation et de la mondialisation de l’économie est une invention, une nouvelle jungle dans laquelle les poids lourds essayent d’écraser les plus faibles à travers des accords bilatéraux et/ou multilatéraux“. Une réalité qui exige une industrialisation de l’Afrique. “Malheureusement, l’Afrique reste encore à la traine“, se désole Marx Tomety. Il est alors grand temps, selon ses dires, pour le continent, de compter sur ses propres ressources humaines pour se développer. La diaspora y a donc un rôle prépondérant à jouer, lance-t-il. Evènement annuel qui réunira désormais les hommes et femmes d’affaires du continent, la diaspora africaine et des dirigeants pour solutionner l’épineuse question d’industrialisation. “Notre objectif est de faire de l’Afrique, un continent capable de transformer 80% de ses matières premières en produit fini à l’horizon 2030 et une puissance industrielle à l’horizon 2035“ a-t-il déclaré avant de plaider pour la mise en œuvre des conclusions des assises. Entre autres activités prévues, des conférences, ateliers, foire, rencontres B to B, soutenances de projets, soirée de Gala, sorties touristiques. Les échanges s’articuleront autour du potentiel énergétique de l’Afrique ; le rôle de la diaspora dans l’industrialisation de l’Afrique ; le financement et le modèle de l’industrialisation sans oublier l’état des lieux. Il sera donc question, au terme des travaux, de poser les bases juridiques, sociales et culturelles pour une industrialisation forte et soutenue. Quant au secrétaire général du Haut-conseil des béninois de l’extérieur, Alfred Idohou, il s’est réjoui de l’initiative avant d’encourager la diaspora à poser davantage d’actes concrets afin que les objectifs soient atteints.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite