Festival Rencontres de Belles Images Africaines de Parakou: (ReBI@P)

270

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le délégué général Eric Nougloï a donné le top de l’édition 2020 hier

Le top de l’édition 2020 des ReBI@P a été donné hier jeudi 19 novembre 2020 par le délégué général Eric Nougloï de ce festival international qui promeut le cinéma béninois et africain depuis 2012. Du 19 au 25 Novembre 2020, le public parakois aura droit à du cinéma qui sera diffusé sur la chaîne de télévision pricée E-Télé et à l’espace WAXANGARI  LABS de Parakou pour respecter les mesures barrières contre la pandémie de la Covid-19.

L’édition 2020 des ReBI@P qui se tient du 19 au 25 Novembre 2020 sera faite des projections des films issus du Tchad, de l’Italie, de la France, de la Côte d’ivoire, du Burkina Faso, du Togo et du Bénin sur les écrans de la  chaine de télévision privée E–télé pour les téléspectateurs et à l’espace WAXANGARI LABS de Parakou pour les cinéphiles dans le strict respect des mesures barrières contre la Covid-19. Il s’agit des vingt-deux (22) films sélectionnés sur les 113 candidatures reçues. Une conférence-débat sur le thème « Cinéma et Développement Local » est prévue au cours de ce festival et sera animée par Brice Omer Thomas.  D’autres activités, comme des expositions, formations, jeu-concours, rencontres professionnelles, hommages et distinctions sont également au menu des ReBI@P 2020.

- Advertisement -

Pour le délégué général du festival  ReBI@P, Eric Nougloï, l’édition 2020 se tient dans des conditions particulières à cause de la Covid-19. N’eût été la détermination des membres du comité d’organisation et la pression des réalisateurs et amoureux du cinéma, l’édition 2020 n’allait pas se tenir, a-t-il indiqué. Pour lui, l’organisation des  ReBI@P est une contribution à l’évolution de la société par la culture. Il se dit convaincu que le cinéma peut former, sensibiliser positivement le public, aider à construire une société démocratique et participer au développement local par le changement des mentalités. Un changement de mentalités possible grâce aux messages d’éveil de conscience que véhiculent les films.

Il a témoigné de ses gratitudes aux partenaires du festival et rendu un hommage à feu Clément Tapsoba, acteur du cinéma burkinabé qui a œuvré à la mise en place des ReBI@P en 2012. C’est donc parti pour une semaine de cinéma au service du développement local.

 

Albérique H.(BR/Borgou-Alibori)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite