Pardon du Chef de l’Etat à Tchaourou et Savè: Talon : entre humilité et nouvelle ruse

528

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les populations de Tchaourou et Savè finiront-elles par fumer le calumet de la paix avec le Chef de l’Etat Patrice Talon après les évènements malheureux survenus au lendemain des législatives de 2019 ? De toute façon, un acte fort vient d’être posé par le Président de la République: l’appel au pardon. Un signe d’humilité qui, selon des observateurs, laisse croire à une nouvelle ruse à quelques mois de l’élection présidentielle…

 

Patrice Talon, homme de paix! Patrice Talon, l’homme de la réconciliation, peut-on bien encenser le Chef de l’Etat après ses déclarations pleines d’humilité à l’endroit des populations de Tchaourou et de Savè. Faut-il le rappeler, des évènements malheureux survenus au lendemain des élections législatives “non inclusives” ont coûté la vie à des citoyens. Un évènement douloureux qui demeure dans les mémoires. En sa qualité de père de la nation, le Chef de l’Etat, Patrice Talon a, au cours de sa tournée, lancé un message fort aux populations et aux chasseurs de Tchaourou et Savè.

- Advertisement -

“Je suis venu ce matin demander pardon. Un enfant bien élevé ne sait que demander pardon, quelles que soient les circonstances…dans les fonctions politiques, chacun vient faire sa part et s’en va.  Moi j’ai pardonné, l’État a pardonné, la République a pardonné. C’est à vous de pardonner maintenant. Ma volonté, mon engagement depuis 5 ans a été de pouvoir faire à mes concitoyens quelque chose qui complète ce que mes prédécesseurs ont fait” a déclaré le chantre de la Rupture avant de s’adresser aux sages et notables. « Comme je vais revenir à Tchaourou dans quelques semaines, je voudrais vous prier, sages et notables, de parler à mes frères et sœurs, ….que ceux qui ont encore des blessures, des rancœurs, que vous soyez mon porte-parole pour leur demander pardon. C’est mon rôle de demander pardon à chaque citoyen. Ce qui n’a pas été fait à Tchaourou ne l’a pas été à cause des incidents. C’est le moment qui n’était pas encore arrivé », a-t-il plaidé. Un acte fort, un signe d’humilité fortement salué dans l’opinion publique ainsi que les chasseurs. Même si pour ces derniers, le Chef de l’Etat n’a toujours pas mené les démarches nécessaires, ils n’ont pas manqué d’apprécier l’Appel au pardon du Président de la République. Le président de l’Association des chasseurs, Yekini Assika estime qu’un “père qui dit qu’il a demandé pardon, on ne peut pas refuser”. Et de poursuivre “Il y a des gens qui sont morts, il y des blessés. Il peut envoyer des gens dans les maisons… Même sans leur donner de l’argent, c’est beau. On est tellement content ». Il ne s’agit pas d’une question d’argent, mais de soutien moral, précise ce dernier. Seulement la démarche suscite des interrogations? Pourquoi attendre tout ce temps pour demander pardon à quelques mois des élections? Pourquoi faire des promesses maintenant à ces localités “délaissées” ? Pour certains, il s’agirait d’une nouvelle ruse pour s’offrir un nouveau mandat. En effet, les promesses de la construction d’un  lycée moderne à Savè, la réalisation du pont de Okpara, l’asphaltage  des rues de Savè s’apparenteraient à des promesses “électorales”, selon certaines sources.

« Etablir un chronogramme des urgences pour Tchaourou et l’imposer à celui qui va me succéder. Ce sera le contrat que je vais signer avec Tchaourou. Cela n’est pas de mes habitudes mais pour faire oublier cette mauvaise impression que Tchaourou a été délaissée, je le ferai», a rassuré Patrice Talon. Mais ceci n’a fait visiblement qu’alimenter les polémiques. Le chantre de la Rupture semble tout de même déterminé à faire table rase du passé et regarder autrement vers l’avenir. Reste à savoir si toutes les parties finiront par regarder dans la même direction.

 

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite