Pardon du Chef de l’Etat à Tchaourou et Savè: Ce que Patrice Talon devrait faire, selon les chasseurs

2 115

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les évènements malheureux qui ont coûté des vies au lendemain des législatives 2019 restent gravés dans les mémoires. Les esprits demeurent plus ou moins surchauffés tandis que la colère n’a visiblement pas disparu. Face à la situation et profitant de sa tournée dans les villes du Bénin, le Chef de l’Etat, Patrice Talon a demandé “pardon“ aux populations de Tchaourou et Savè. Seulement, pour se faire pardonner, il y a mieux à faire, selon le président de l’association des chasseurs…

 

“Je suis venu ce matin demander pardon. Un enfant bien élevé ne sait que demander pardon, quelles que soient les circonstances.” C’est le message adressé par le Président de la République aux populations de Savè et Tchaourou jeudi, 12 novembre 2020 au cours d’une tournée dans les villes du Bénin. Et de poursuivre « dans les fonctions politiques, chacun vient faire sa part et s’en va.  Moi j’ai pardonné, l’État a pardonné, la République a pardonné. C’est à vous de pardonner maintenant. Ma volonté, mon engagement depuis 5 ans a été de pouvoir faire à mes concitoyens quelque chose qui complète ce que mes prédécesseurs ont fait ». Mais pour les chasseurs, le Président de la République n’a visiblement pas encore mené les démarches nécessaires pour un véritable pardon afin que ces évènements douloureux soient rangés et que chaque partie fasse table rase du passé. Dans son intervention sur Frissons radio, le président de l’Association des chasseurs, Yekini Assika estime qu’un “père qui dit qu’il a demandé pardon, on ne peut pas refuser”. Pour une réconciliation totale, ce dernier suggère à Patrice Talon d’envoyer une délégation qui va présenter les condoléances aux familles éplorées et marquer sa solidarité aux personnes blessées. “Il y a des gens qui sont morts, il y des blessés. Il peut envoyer des gens dans les maisons… Même sans leur donner de l’argent, c’est beau. On est tellement content », a confié le président des chasseurs. Il ne s’agit pas d’une question d’argent; mais de soutien moral, précise ce dernier. Au Président de la République d’aviser. Si beaucoup ont été émus par le message de pardon du Chantre de la Rupture, c’est clair que Patrice Talon doit faire davantage pour gagner les cœurs. Le Chef de l’Etat semble bien en être conscient en s’adressant aux sages et notables. « Comme je vais revenir à Tchaourou dans quelques semaines, je voudrais vous prier, sages et notables, de parler à mes frères et sœurs, ….que ceux qui ont encore des blessures, des rancœurs, que vous soyez mon porte-parole pour leur demander pardon. C’est mon rôle de demander pardon à chaque citoyen. Ce qui n’a pas été fait à Tchaourou ne l’a pas été à cause des incidents. C’est le moment qui n’était pas encore arrivé » a-t-il plaidé. Mais déjà, des promesses ont été faites aux populations notamment la construction d’un  lycée moderne à Savè, la réalisation du pont de Okpara, l’asphaltage  des rues de Savè. « Etablir un chronogramme des urgences pour Tchaourou et l’imposer à celui qui va me succéder. Ce sera le contrat que je vais signer avec Tchaourou. Cela n’est pas de mes habitudes mais pour faire oublier cette mauvaise impression que Tchaourou a été délaissée, je le ferai», a rassuré Patrice Talon.

A.B

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite