Avril 2016 et bientôt avril 2021: Talon a du remords

3 225

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Visiblement, en 5ans, il n’a pu faire le job)

À quelques cinq mois de la fin du quinquennat présidentiel, Patrice Talon semble avoir du remords. En effet, alors qu’il avait sollicité et prêté serment pour << un mandat unique >> tout en jurant, en avril 2016, être prêt << maintenant et tout de suite >>, le chantre du Nouveau départ manifeste un sentiment  d’un goût d’inachevé en dépit du fait que sa gouvernance n’a pas été perturbée par des grèves des travailleurs et des mouvements de l’opposition et des étudiants. Patrice Talon, lors de l’entretien télévisé du 1er août 2016 sur la télévision nationale Ortb, avait pourtant dit qu’il y croit <<  fermement et en qu’en cinq ans on peut faire le job et laisser la tâche à d’autres personnes >>. Pourquoi alors cette phrase qu’il a lâchée hier jeudi 12 novembre 2020 à Tchaourou lors de la deuxième escale de sa tournée nationale qui va le conduire dans 54 villes du Bénin ? En effet selon le relai fait par Daabarou info, le président Talon s’est adressé à ses compatriotes de Tchaourou en ces termes : « Vous savez, 5 ans, ça été très court. Même moi-même j’ai été surpris par la fin du mandat ». À bien analyser les propos du chef de l’État, on peut se demander si les fruits avaient tenu la promesse des fleurs, Patrice Talon aurait été  » surpris » par la fin des 365 jours multipliés par 5 à lui accordés en 2016 par les Béninois, et qu’il estimait pourtant suffisant pour  bien exécuter le contrat social? Et là où le remords est plus perceptible, c’est dans cette déclaration faite en guise de promesse à la population de cette commune dont est originaire son prédécesseur et opposant, Yayi Boni. << Établir un chronogramme des urgences pour Tchaourou et l’imposer à celui qui va me succéder, ce sera le contrat que je vais signer avec Tchaourou. Cela n’est pas de mes habitudes, mais pour faire oublier cette mauvaise impression que Tchaourou a été délaissée, je le ferai >>, s’est ainsi engagé Patrice Talon dont les propos diffusés par Deeman radio. Une évidence, les cinq ans n’ont pas suffi à impacter Tchaourou et c’est à la fin que le chef de l’Exécutif s’en est rendu compte. Tchaourou devra donc attendre éventuellement le successeur de Patrice Talon pour voir ses besoins urgents se concrétiser. Lui-même n’est-il plus intéressé par le second mandat pour la poursuite du job comme le réclament ses thuriféraires ?

 Worou BORO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite