Rencontre Cena-députés: Le député n’a pas obligation de vulgariser son parrainage

779

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Les modalités de mise en œuvre du parrainage ont été au centre des débats lors de la rencontre Cena-députés qui a eu lieu hier, mercredi 21 octobre 2020 au Palais des gouverneurs à Porto-Novo. On retient qu’à travers cette rencontre,  les députés et les membres de la Cena ont voulu accorder leurs violons sur un certain nombre d’inquiétudes liées à ce parrainage.

 

Pour Geneviève Boko-Nadjo, Vice-présidente de la Cena, son institution  a décidé de venir rencontrer les parrains des prochaines élections présidentielles telles que prescrites par le Code électoral en vigueur. Sur les modalités de mise en œuvre de ce parrainage, « Vous n’êtes pas sans savoir que au terme de l’article 44 nouveau de la Constitution, il a été institué un système de parrainage des candidats aux élections présidentielles. C’est dans la mise en œuvre de cette innovation que la Céna, dans une démarche communicationnelle, s’est rapprochée du sanctuaire de la démocratie pour rencontrer les députés qui sont les futurs parrains ; afin que dans un débat ouvert, nous puissions échanger sur les modalités de mise en œuvre de ce parrainage. Nous partons satisfaits de cette rencontre avec les différents potentiels parrains. Nous étions en symbiose au cours de nos échanges ». Les débats ont tourné essentiellement sur les modalités de mise en œuvre de ce parrainage-là. Des inquiétudes ont été soulevées par rapport à la confidentialité du parrainage. Avec les explications qui ont été données aussi bien par le président de l’Assemblée nationale que par le président Emmanuel Tiando, on retiendra que le député est l’élu de la Nation toute entière. Il n’a pas un mandat impératif. A partir de cet instant, on ne peut obliger le parrain qu’il est à vulgariser son choix.  » choix qui sera matérialisé par un formulaire qui est une pièce de déclaration de candidature que nous n’avons d’ailleurs pas l’habitude de divulguer… » a-t-elle conclu. Le président de l’Assemblée nationale Louis Gbèhounou Vlavonou vient renforcer cette position « Pour nous, il n’y a pas d’ambiguïté dans la mesure où l’article 80 de la Constitution dit que le député est l’élu de toute la Nation entière et qu’il n’a donc pas de mandat impératif. Cela signifie à notre niveau que le député étant l’élu de la Nation, il est libre d’agir es qualité pour exprimer sa volonté de parrainer qui il veut. J’estime donc que la Céna est dans nos murs pour avoir la même compréhension que nous et qu’elle n’est pas venue nous expliquer la loi que nous avons votée. Je pense que c’est  très important de dire que c’est pour se mettre en synergie avec l’esprit qui a prévalu le vote de cette loi.. » a-t-il expliqué.

Kola PAQUI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite