Manifestations au Nigeria: Les autorités durcissent le ton face aux débordements

360

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après des débordements violents en marge des manifestations contre les brutalités policières et pour la bonne gouvernance, qui ont lieu depuis plus de dix jours, les autorités nigérianes ont notamment décrété un couvre-feu à Lagos, mégalopole de 20 millions d’habitants.

 

La situation reste chaotique ce mardi soir dans plusieurs États du Nigeria. Les manifestants continuent notamment d’occuper plusieurs points névralgiques de la mégalopole de Lagos malgré l’annonce d’un couvre-feu, promulgué en milieu de journée et effectif à partir de 16h pour une durée de 24 heures.

Sur Twitter, le gouverneur de l’État Babajide Sanwo-Olu évoque une décision « difficile », mais inévitable. Selon lui, les manifestations pacifiques se sont transformées « en monstre qui menace la cohésion sociale », a-t-il notamment déclaré.

- Advertisement -

Depuis lundi 19 octobre, ces rassemblements jusque-là pacifiques ont conduit à une impressionnante escalade de la violence. Des bandes de jeunes casseurs qualifiés de « voyous » ont détruit des véhicules, blessé voire tué des manifestants dans plusieurs villes du pays. Lundi, ils ont forcé les portes d’une prison de l’état d’Edo. Plusieurs commissariats ont également été attaqués et vandalisés à Lagos, Ibadan, et Benin City. Des heurts inter-communautaires ont également éclatés à Abuja  Mais beaucoup de manifestants et d’observateurs affirment que ces jeunes sont payés par les autorités pour semer le trouble et justifier l’intervention des forces de sécurité.

Les Etat d’Edo et d’Etiki ont également décrété un couvre-feu. Ce soir, l’inspecteur général de la police nigériane a annoncé un déploiement de la police anti-émeute sur tout le territoire national. L’armée, déjà présente dans les rues de la capitale Abuja depuis hier, doit également être déployée dans tout le pays. Officiellement il s’agit d’un exercice annuel, mais cette présence est perçue comme une menace visant à étouffer le mouvement de protestation.

Le gouvernement a annoncé une commission d’enquête dans l’Etat de Lagos et quelques autres Etats, pour instruire les crimes de la Brigade spéciale de répression des vols (SARS). Mais les manifestants demandent aussi des compensations pour les victimes et une réforme en profondeur de la police… Et ils ont le sentiment que le gouvernement ne les a pas entendus sur ces questions. C’est pour ça que les gens ont continué à défiler dans les rues. Malheureusement, des casseurs et délinquants se sont mêlés aux manifestants et ont commencé à agresser les automobilistes, mettre en place des barrages etc. Et c’est pour ça que le gouverneur a décrété un couvre-feu.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite