Criet/Affaire de détournement de milliards à la Dgi: Curieuse absence de communication

1 370

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le fait est bizarre. Très bizarre cette manque de communication sur l’affaire de détournement de milliards à la Direction générale des impôts (Dgi). En effet, dans de pareils cas, ce n’est pas ce à quoi le peuple béninois est habitué…

 

L’on se rappelle l’affaire  de placement “à risque”  des fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) à la Bibe, impliquant le syndicaliste Laurent Mètognon ; l’affaire des 18 kg de cocaïne à laquelle fut associé le nom de Sébastien Ajavon ; ou même celle du Fonds national de microfinance (Fnm) qui aura valu l’arrestation en Espagne de Komi Koutché. L’affaire de faux médicaments avec le député Atao Hinnouho (visiblement encore sous traitement à l’étranger) aura livré tous ses contours. La mémoire rappelle également le scandale Icc services et le traitement qui en a été fait. A tous les niveaux, notamment pour ce qui est de ce dossier, c’est un arsenal médiatique qui a été déployé pour renseigner le peuple béninois. L’information était distillée. La presse écrite et la radio furent particulièrement mises à profit. Sur la toile, les “klébés” faisaient saigner leurs plumes. L’engagement de la Rupture à renseigner le peuple sur ce qu’est cette affaire, tout le tapage médiatique observé avec ses implications en matière de ressources financières et matérielles n’est pas à rappeler.

- Advertisement -

De même, alors qu’ici aussi, bon nombre d’observateurs s’attendaient à plus d’informations sur cette rocambolesque affaire à laquelle seraient liés des noms de proches au régime, tout semble être fait sous carpe. Même la verve que l’on reconnaît à l’homme fort de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a également pris un coup. L’homme des points de presse, des caméras dans de pareilles affaires, aurait-il perdu son inspiration ?

Soit, tout est fait comme si, c’est selon qu’il s’agisse de démontrer la “mauvaise foi” d’un opposant ou d’un gouvernement précédent que le peuple a droit à des informations faites de “révélations troublantes”. Ou alors, la Rupture ne veut pas davantage ternir son image, vu que la présidentielle est en mire… Une telle affaire en fin de mandat, est certainement une déveine.

Mike MAHOUNA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite