Condition de vie des artistes au Bénin: Le chanteur Im’rane dans un état de santé complètement dégradé

1 999

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Une urgence de secours s’impose)

L’artiste chanteur Im’rane est l’une des grandes voix de la musique dans la partie septentrionale du Bénin. Depuis peu, son état de santé devient de plus en plus inquiétant et retient toutes les attentions. Dans la cité des Kobourou (Parakou), le chanteur végète dans une situation de dépression avancée. Et parallèlement, son corps complètement ramolli, présente un aspect osseux donc véritablement dépéri et vidé de toute substance vitale. Cette situation préoccupante suscite des cris d’alarme et de détresse dont celui du promoteur culturel Rodrigue Gotovi alias ‘’Aladji Zoro’’ et surtout de son collègue, l’artiste chanteur Alpha Mim dont nous avons recueilli des témoignages poignants depuis Parakou.     

 

- Advertisement -

« Les différents appels à l’aide restent  apparemment sans écho parce que L’artiste concerné ne faisant peut-être pas objet d’une préoccupation majeure. Mais pour mémoire, je voudrais rappeler que la situation que vit Im’ran est partie d’un spectacle qui a eu lieu dans la partie méridionale du pays et qui a regroupé beaucoup d’artistes de la musique béninoise. Au lendemain de ce spectacle, j’ai été joint à  l’époque par mon collègue Bless Antonio à qui l’information était donnée sur la situation sanitaire de Im’rane qui  avait quitté le lieu de spectacle à pied marchant presque nu sur la route d’Allada. Reconnu et rattrapé, il fut aidé par une bonne volonté qui a su camoufler un certain nombre de chose et qui a  pu  redonner à l’artiste dépressif et presque psychologiquement abattu, ce  qui lui restait de sa dignité d’homme et de  sa qualité d’homme de scène. Parti de Cotonou dans un état psychique défectueux Im’rane nous est venu à Parakou sans aucun bagage, sans même la clé de sa porte qu’il a défoncée avec hargne devant l’œil inactif de quelques témoins occasionnels dont j’en étais un. Aidé par les sapeurs-pompiers et ceci, par le système de jet d’eau, mon grand frère a été maîtrisé et admis au centre psychiatrique de Parakou. Après une réunion d’urgence, le président BOUROU’SMAN de L’AAMP (L’association des artistes musiciens de Parakou) dont je suis le trésorier, a joint au téléphone, le ministre de la culture d’alors qui a pu  octroyer à l’artiste une somme de 500 000 f cfa dont une partie a été remise  à sa famille pour  la suite des soins et une autre partie à l’artiste lui-même pour sa souveraineté.  Plusieurs fois  à son chevet au Chdu, nous nous sommes approchés du docteur soignant et lui nous faisait comprendre que la situation de Im’rane était due à un certain nombre de paramètres qu’il faut circonscrire, isoler et traiter. Au nombre de ces paramètres, il fallait après  désintoxication due à la toxicomanie, occuper le frère à entreprendre quelque chose afin de pouvoir s’oublier et s’éloigner des actes déviants qui portent atteinte à sa personnalité. Malheureusement à sa sortie de l’hôpital après l’avoir déposé à la maison, force est d’apprendre et de constater que ce dernier s’est encore replongé dans les travers de son passé pollué par les traces des stimulants dont il est devenu esclave. Je crois donc et avec tout le respect que je dois à chacun, qu’il faut une  thérapie  afin d’aider le frère Im’rane  à sortir de cette souffrance psychique, psychologique, physique et morale

D’abord il faut un engagement individuel et collectif autour de cette volonté de sauver l’artiste, celui de  souscrire pour donner à ce dernier un minimum vital. Mais ma peur est que cela ne soit pas une autre passerelle qui permettra à l’artiste de se ravitailler davantage de ces produits mortifères. Ensuite il faut une volonté politique pour le récupérer comme Baba Maal du Sénégal qui vivait la même situation que l’Etat a envoyé en Grande Bretagne pour des soins intensifs et qui est revenu pour en être un des célébrissimes artistes du pays. Aussi le cas d’Alpha Blondy par le président Boigny, puis tout récemment de Petit Dénis  Kloiaté de la Côte d’ivoire. Ce sont des exemples qui peuvent faire école. Je prie nos autorités tout en appelant les autres artistes comme moi à en tirer leçon afin de nous aider à aider Im’rane, cette belle  étoile qui s’assombrit à petit coup sous l’effet du désespoir dans le ciel de la musique béninoise. Au secours!!! Nos cœurs saignent »

Teddy GANDIGBE

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite