Reckya Madougou: “Le Togo est le 1er pays de l’Uemoa en inclusion financière”

1 359

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le 4ème numéro de ‘’ Le Club de l’économiste’’, une tribune initiée par le Journal béninois ‘’ L’économiste’’ qui donne la parole à une personnalité ou un leader ayant impacté son pays ou le continent par ses actions dans le domaine des finances/économie, a reçu ce mercredi 30 septembre 2020, au siège de l’Organe de presse, Reckya Madougou. Technocrate, femme influente, consultante internationale sur les questions de Finance inclusive et de développement, l’ancienne ministre béninoise de la micro finance, ancienne Garde des Sceaux et actuelle Conseillère spéciale à l’inclusion financière du Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé, a répondu pendant 1h 45 minutes aux questions des journalistes.  

- Advertisement -

A la question de savoir si ses conseils au chef de l’Etat du Togo sont pris en compte et si lesdits conseils produisent déjà des effets, Reckya Madougou n’a pas fait dans la dentelle : « Aujourd’hui j’ai le plaisir et la fierté de vous dire que lorsque je suis arrivé au Togo, et que nous avons eu l’insigne honneur avec le gouvernement togolais de les appuyer pour la mise en place du Fonds national de la finance inclusive, qui est un modèle amélioré et évolué du Fonds national de micro finance que nous avons ici, quatre ans après, le Togo est passé premier dans l’Uemoa en matière d’inclusion financière. C’est le Togo aujourd’hui qui a le meilleur taux d’inclusion financière dans la zone Uemoa. Ils étaient quatrième, ils sont passés premier en matière d’inclusion financière ; c’est-à-dire le taux de bancarisation élargi aux institutions de micro finance. C’est formidable, et il n’y a pas meilleur indicateur pour montrer et expliquer que lorsqu’on investit sur ces cibles-là, on a toujours du résultat. J’ai également le plaisir de vous dire que nous avons également accompagné en son temps la Côte d’Ivoire pour la mise en place d’un fonds similaire… J’en ai parlé dans l’ouvrage, et j’avais également le plaisir, récemment en Côte d’Ivoire, que la première dame de Côte d’Ivoire qui chapote l’initiative avec l’accompagnement du gouvernement, ainsi que le président Ouattara me fasse part de ce que l’initiative avait tellement prospérée et donc m’encourageaient et me félicitaient pour cette contribution à l’autonomisation des femmes ivoiriennes ; ce qui fait que justement la Côte d’Ivoire aussi fait partie aujourd’hui du peloton de tête en matière d’autonomisation des femmes. A l’époque le Bénin était premier, évidemment c’est une course. Donc plus on en donne, plus on évolue. Aujourd’hui, le Bénin est passé en seconde position. Et j’espère que la position du Bénin ne va pas se dégrader en la matière ». La fermeture de la frontière nigériane d’avec le Bénin, la monnaie Eco sont entre autres d’autres sujets passés en revue. Sur le premier, Reckya Madougou s’est réjouie de ce que les deux parties aient maintenu le dialogue et travaillent pour la réouverture. Elle garde alors espoir. L’avènement de la monnaie unique Eco va favoriser l’intégration dans la sous-région, cela va permettre de respecter les critères de convergence certes, mais Reckya Madougou prône plutôt une parité flexible de cette monnaie.

J.B

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite