Journée internationale de la paix: Objectif atteint par le Fndajsl et Cnos-Ben

585

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans le cadre de la Journée internationale de la paix, le Fonds national pour le développement des activités de la jeunesse, des sports et loisirs (Fndajsl) en collaboration avec le Comité national olympique et sportif béninois (Cnos-Ben) a organisé une série d’activités conclue par deux communications sur le thème «La fête du sport au service du développement et de la paix». Cette rencontre a réuni du 25 au 26 septembre 2020, à la salle de Conférence du Palais des sports de Cotonou, le mouvement sportif béninois, des journalistes et la société civile.

 

«La fête du sport au service du développement et de la paix». C’est la thématique sur laquelle se sont accentuées les trois communications ayant trait à la Journée internationale de la paix. Durant deux jours, les acteurs du mouvement sportif ont échangé sur les thèmes à savoir : «Le sport et le développement durable», «Le sport au service de la paix» et «Les bienfaits des activités physiques et sportives».

Pour le Président du Cnos-Ben, Julien Minavoa, (l’un des communicateurs), l’environnement est ce qui sème la paix entre l’humanité. «Vous aurez beau chanté la paix, si pour partir de là où nous sommes vers votre maison, s’il vous faut traverser la brousse ou beaucoup d’obstacles, ce ne serait pas de gaité de cœur que vous irez», avance-t-il. A l’en croire, il faut non seulement sauvegarder l’environnement mais surtout travailler pour sauvegarder l’économie dans le pays. «Il faut travailler pour que la personne humaine se retrouve dans toute sa plénitude, dans toute sa dignité. Il faut travailler en sorte que la personne humaine trouve les forces nécessaires pour entretenir ce que nous avons appelé l’environnement», a insisté Julien Minavoa avant d’ajouter : «c’est en cela se loge le sport qui vit dans un tel entourage, dans un tel environnement. Le sport, lorsqu’il se pratique, parcourt toutes ces étapes». Selon ses dires, l’environnement sportif du Bénin est tel qu’il est difficile d’enregistrer des résultats de haut niveau. «Le contexte n’a pas encore permis à ce que notre pays se dote de l’environnement nécessaire. Nous ne sommes pas encore inscrit dans la durabilité», a-t-il fait remarquer. C’est pourquoi, il appelle le gouvernement béninois, tout le mouvement sportif national et les compatriotes à se mettre au travail afin de générer de la richesse au pays tout en s’inscrivant dans la durabilité.

«La paix est indispensable pour toute société pour son développement mais aussi pour son bien-être», dira Imorou Bouraïma, Directeur général du Fndajsl. Selon ses propos, le sport est un facteur de développement social, économique, de communication, de diplomatie, d’unification des peuples. «Nous devons nous servir de ce sport pour pouvoir véhiculer le message de paix qui permet de rassembler les peuples en assurant à notre pays un développement basé sur une cohésion et unité nationale», a indiqué Imorou Bouraima. Il a par ailleurs précisé que le Fonds est engagé pour soutenir toutes les initiatives des associations sportives et de la société civile qui contribuent au développement du sport.

 

 Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite