Bilan du Coordonnateur du projet des classes sportives: «On attend le rapport des formateurs qui pourra nous situer», dixit Dieudonné Mensah

591

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Démarrée lundi 31 août 2020 sur toute l’étendue du territoire national, la formation des futurs animateurs des classes sportives a pris fin, vendredi 25 septembre dernier. Dans un entretien qu’il nous a accordé, Dieudonné Mensah, Coordonnateur du Programme de promotion et de développement des activités sportives a dressé le bilan de ladite formation. Il se dit satisfait du déroulé de la formation et attend désormais le rapport des formateurs. Lisez-plutôt !!! 

 

Quel bilan peut-on faire au plan national en ce qui concerne la formation des encadreurs des classes sportives?

- Advertisement -

 Il faut d’abord signaler que cette formation fait suite au processus de sélection des encadreurs sportifs. Elle a commencé depuis le lundi 31 août 2020 sur toute l’étendue du territoire national et s’est déroulée sur 10 sites. Lors des deux premières semaines, cinq sites à savoir, Kandi, Natitingou, Dassa, Bohicon et Lokossa ont connu le déroulé de cette formation. En ce qui concerne les 5 derniers sites notamment, Cotonou, Porto Novo, Parakou, Djougou et Allada, la formation a commencé le lundi 14 septembre 2020 et a pris fin aujourd’hui vendredi 25 septembre 2020. Pour ce qui est du bilan, c’est un satisfecit que la formation puisse avoir lieu et se dérouler en théorie comme en pratique pour nous permettre d’avoir un aperçu général sur le niveau des encadreurs. Cela nous permettra aussi de savoir dans quel groupe choisi les prochains animateurs des classes sportives.

Globalement, combien sont-ils les encadreurs qui ont suivi cette formation ?

 Pour cette phase, il y a environ 3500 encadreurs dont 1000 anciens et 2500 nouveaux. Et c’est suite à l’évaluation que nous allons connaître ceux qui pourraient être éligibles pour encadrer nos différentes classes sportives. C’est un Comité qui va procéder à la sélection des meilleurs. Parce qu’on attend le rapport des formateurs qui pourra nous situer sur le caractère bon, moyen ou médiocre des différents postulants.

On remarque dans le lot, la présence massive des entraîneurs des clubs d’élite. Est-ce que cela cadre avec le projet ?

 C’est une bonne remarque. Mais, il faut reconnaître qu’on travaille tous pour le même pays et que cette formation n’a pas été fermée. C’est d’élargir la base de données des encadreurs formés aussi bien les nouveaux que les anciens, peu importe leur coloration sportive. Ils peuvent être dans le championnat d’élite. Toujours est-il que c’est une plus-value. La formation va leur apporter quelque chose et, partout où ils seront, à quelque niveau où ils se trouvent, ils puissent relever le niveau du football béninois. C’est le plus important. Il faut dire qu’au cours de cette formation, il y a eu un guide et un agenda de formation. Leur élaboration a connu la participation de trois structures à savoir le ministère des Sports, l’Injeps et surtout les Fédérations sportives. C’est ce Comité qui a élaboré dans chaque discipline, les guides de formation.

 

Propos recueillis par : Abdul Fataï SANNI

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite