L’Ambassadeur de Turquie près le Bénin sur le sport béninois: Onur Özçeri évoque les talents de «Sèsè», Poté, Farnolle et Cie

774

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Pour lui, le Bénin a un grand potentiel dans beaucoup de sports) 

- Advertisement -

Dans cette seconde partie de l’interview que nous a accordée l’Ambassadeur de Turquie près le Bénin, Onur Özçeri s’est prononcé sur la prestation des footballeurs béninois évoluant dans le championnat turc. Il n’a pas manqué de porter un regard sur le sport béninois en général. Lisez plutôt !!!  

Excellence, vous êtes diplomate mais vous aimez aussi le sport… 

Oui, mon feu-père était diplomate mais était aussi un joueur semi-professionnel pendant ses études universitaires. Il a continué à jouer au foot amateur à un bon niveau. Il m’a donné le goût du sport, l’esprit du sportif. Ici à Cotonou, je pratique le tennis au Bénin Tennis Club, je soutiens l’ONG PLAY YOUR GAME qui fait beaucoup pour les jeunes.

En tant que passionné de football, je ne pouvais manquer le match de qualification pour la Can 2019 entre le Bénin et le Togo qui a eu lieu à Cotonou après mon arrivée. Grâce à votre Ministre des Sports qui m’a envoyé une invitation, j’ai pu assister à ce match intense et j’ai pu voir la ferveur des joueurs et supporters des deux pays. C’était mon premier match en Afrique. Cela restera marqué dans mes souvenirs. J’ai aussi vibré avec le succès des Ecureuils à la Can.

Beaucoup de footballeurs africains jouent en Turquie et parmi eux, il y a aussi des Béninois. Qui vous a impressionné parlant des joueurs béninois de Turquie au cours de la saison écoulée ?

Je voudrais d’abord évoquer celui qui a joué deux saisons et demie dans mon club favori, Gençlerbirligi qui veut dire «Union des jeunes». C’est un club qui a été créé en 1923. Il y a trois saisons de ça, l’équipe a recruté Stéphane Sessegnon. Il est venu au milieu de la saison alors que l’équipe était en difficulté. Et cette année-là, malgré les très bonnes performances de Stéphane, l’équipe était tombée en Deuxième Division. Mais Stéphane est resté dans le club. Je pense que c’était le leader de l’équipe de Gençlerbirligi, le capitaine aussi. Il a fait remonter l’équipe. La saison dernière (2019-2020), l’équipe a terminé en milieu du tableau. Stéphane Sessegnon était beaucoup apprécié des supporteurs qui l’appelaient «Sèsè». Mais à la fin de la saison dernière, après l’apparition de la Covid-19, il y a eu plusieurs matches dont il a été remplaçant. Je pense qu’il a eu une baisse de régime qui est bien compréhensible mais il est resté dans le cœur de tout le monde. Apparemment, son contrat n’a pas été renouvelé pour la nouvelle saison. Il serait en contact avec d’autres clubs turcs. A part lui, il y a Fabien Farnolle qui défend les couleurs du Benin en Turquie. Il était le gardien titulaire de Yeni Malatyaspor. Cette saison, il jouera à Erzurumspor. Il a une grande carrure, une bonne prestation et il est apprécié comme très bon gardien et grand sportif. Il y a aussi Mikaël Poté. L’année dernière, il a joué à Adana en Deuxième Division. Puis à Erzurumspor qu’il a aidé dans la montée en Première Division. Pour la saison 2020-2021, il continue l’aventure turque au club de Bandirma, promu en Deuxième Division auquel il apportera son expérience.

Vous savez, quand j’ai été nommé Ambassadeur au Bénin,  les gens ne connaissaient pas le Bénin mais quand je leur ai dit, «Stéphane Sessegnon», «Fabien Farnolle» ou «Mikaël Poté», ils m’ont dit «ah d’accord, on connaît».

Nous avions aussi un quatrième béninois en Turquie, Moïse Adilehou, l’année dernière.  Il y a passé un an (en Deuxième Division à Boluspor) et vient d’être transféré aux Pays-Bas (NAC Breda, Deuxième Division).Le nouveau béninois qui jouera en Turquie cette saison s’appelle, Tidjani Anaane. Il a rejoint le club de Menemenspor, promu en Deuxième Division. Il y a aura donc un Béninois en Süperlig (Farnolle) et deux en Deuxième Division turque (Poté et Anaane).Je pense que ces trois béninois seront de bons ambassadeurs, porte-drapeau pour votre pays en Turquie cette saison.

Excellence, vous êtes au Bénin depuis décembre 2018. Alors, quel regard portez-vous sur le sport béninois en général ?

Je vois beaucoup de talents, que ce soit en football, en tennis ou en karaté. J’ai eu la chance de rencontrer Sylvestre Monnou et Arnaud Sewanou, jeunes tennismen plein d’avenir. Je suis admiratif de ce qu’ils font. Ils s’entraînent tous les jours. Cette année, à cause de la Covid, ils n’ont pas pu participer à des tournois à l’étranger, mais ils ont fait de leur mieux pour maintenir le niveau. Le Tournoi International de Cotonou qui va avoir lieu en novembre 2020, leur permettra certainement de briller. A la Can 2019, quand vous êtes sortis de la phase de groupes, l’équipe nationale A de football a montré sa force. Cela montre que vous disposez d’une bonne génération de bons joueurs. Je pense que le Bénin a un grand potentiel dans beaucoup de sports. Je sais aussi qu’en judo et en karaté, vous avez de bons sportifs. Le Gouvernement a annoncé de nombreuses nouvelles installations sportives. Cela va produire un bon résultat pour l’avenir.

Excellence, que doit-on faire alors pour atteindre un bon niveau, parlant du sport au Bénin ? Des propositions à donner ou l’exemple turc…

Il est aussi important de miser sur la détection. Si on prend l’exemple de la Turquie, nous avons créé beaucoup de centres de formation dans tout le pays. Partout, il y a les académies de football. En Turquie, on joue beaucoup en plein air, sur de petits terrains. Donc, la détection mais aussi l’encadrement sont d’une grande importance. Je pense que vous êtes sur le bon chemin.

Que dire de la collaboration qui existe entre l’ambassade et le ministère des Sports ?

Nous avons un accord de coopération qui couvre le sport. Dans le passé, la Turquie a fourni une aide en équipement de football. J’espère que les équipes nationales feront des stages en Turquie dans les installations modernes dont nous disposons. A l’avenir, nous allons tenter de concrétiser le potentiel de coopération qui existe entre les deux pays dans le domaine du sport.

Votre conclusion…

Je voudrais saluer tous les lecteurs du quotidien Matin Libre. Je félicite le peuple béninois pour le 60èmeanniversaire de son indépendance. Vous pouvez être fiers de votre beau pays. Vous avez de grandes potentialités et un grand dynamisme est à l’œuvre depuis 2016 sous la présidence de Patrice Talon.

La Turquie et le Bénin sont deux pays amis avec de très bonnes relations en plein développement. J’invite les Béninois à découvrir mon pays, la Turquie.

 

Propos recueillis par Abdul Fataï SANNI 

Transcription : Isabelle GNAMMI et A.F.S. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite