Intervention du Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture: Gilbert Déou Malè reprécise les réformes en cours au FAC

369

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La répétition, on nous l’a enseignée, est pédagogique et il faut toujours redire pour permettre au commun des mortels de mieux cerner un changement radical. C’est ce que le Directeur général du Fonds des arts et de la culture, s’échine à faire depuis plusieurs mois déjà. Une fois encore et ce jeudi 10 septembre 2020, Gilbert Déou Malè a été l’invité des 20 heures sur la chaine de télévision Golfe TV Africa. 

 

- Advertisement -

Il est allé éclairer la lanterne de ceux qui n’ont toujours pas compris les enjeux qui se cachent derrière les réformes qui sont en cours au Fonds des Arts et de la Culture. «Il s’agit pour le Gouvernement de la Rupture et du Nouveau Départ, de positionner l’acteur culturel comme un acteur de développement et non un citoyen astreint à la mendicité. Ils doivent changer de fusil d’épaule et se muer en véritables créateurs de richesses. Le financement à fonds perdu est en train d’être progressivement remplacé par des idées novatrices qui créent la richesse. Il est donc question de professionnaliser le secteur. L’artiste a quelque chose de plus que les autres, il doit être comme un entrepreneur, donc un acteur culturel de type nouveau. Désormais plus rien ne sera comme avant où tout le monde peut aller chercher gratuitement de l’argent sans aucune option de rentabilité des événements organisés et revenir l’année suivante prendre encore de l’argent. Pendant ce temps, d’autres citoyens béninois comme les femmes de Dantokpa, cherchent un petit prêt de 50.000 f CFA et n’en trouvent pas, c’est une injustice» dira Gilbert Déou Malè.  Et lorsqu’il évoque le Fonds de Bonification, il rappelle à tous, qu’être artiste c’est d’abord avoir la capacité de créer. Et ce Fonds de Bonification est mis en place pour tous ceux qui voudraient investir dans le secteur culturel. «Ce fonds a été initié pour accompagner les industries culturelles qui sont en réalité les lieux de production et de diffusion des produits artistiques. Parce que lorsque vous avez une industrie performante, les œuvres qui en sortent sont des œuvres de qualité. Et donc les créateurs peuvent facilement écouler leurs produits, faire la rentrée de devises et vivre de ce qu’ils font. Le label vise donc à financer des projets très compétitifs. C’est en cela que le Fonds de Bonification est une opportunité à saisir par les acteurs culturels. C’est un fonds qui encourage la création des industries culturelles en remboursant les intérêts des prêts qui seront effectués par les acteurs culturels. Ce n’est donc nullement pour supprimer les accompagnements. Aujourd’hui tous les dossiers déposés sont étudier, pour comprendre leur rentabilité, quels en sont les volets qui impactent le développement du secteur culturel et du Bénin. Désormais, tous les accompagnements du Fonds des Arts et de la Culture doivent laisser des impacts» a laissé entendre le Directeur Général du Fonds des Arts et de la Culture.

 

PHY(Coll.) 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite