Soutien in fine du Bénin à la candidate nigériane au poste de Dg Omc: Lionel Zinsou, le coup de massue ?

1 051

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Sur  Radio France internationale (Rfi) samedi dernier, Lionel Zinsou avait révélé avoir proposé à Patrice Talon, le choix de la candidate du Nigéria au poste de Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (Omc), en lieu et place de sa candidature souhaitée par le chef du gouvernement béninois. Dans l’annonce faite par le Ministre béninois des affaires étrangères à cet sujet, au cours de la 57e  Session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) lundi 07 septembre, il s’avère que le Bénin s’est inscrit dans la même logique que l’ancien premier ministre béninois. Cette intervention de Lionel Zinsou qui a fait grand écho au sein de l’opinion,  n’est-elle pas le coup de massue pour le pouvoir de la Rupture ?

 

- Advertisement -

Le Bénin a porté son choix sur la candidate nigériane, Ngozi Okonjo-Iweala, dans le processus devant aboutir au remplacement du brésilien Roberto Azevêdo qui a décidé  jeudi 14 mai 2020, d’anticiper son départ de la direction générale de l’Omc. Un choix opéré par le Bénin, à défaut de la candidature de Lionel Zinsou. Ce banquier d’affaires béninois, mondialement connu avait été contacté par le chef de l’Etat béninois, pour occuper ce poste. Mais l’ancien premier ministre béninois avait révélé, lors de son passage sur l’émission ‘’Eco d’ici Eco d’ailleurs’’ de Radio France internationale (Rfi) et de Jeune Afrique, avoir décliné l’offre de Patrice Talon, et proposé le soutien du Bénin à la candidature de l’ancienne ministre de finances du Nigéria. Un soutien qui, pour Lionel Zinsou, participerait à l’amélioration des relations tendues entre les deux voisins ouest-africains, suite à la fermeture de sa frontière ouest par le Nigéria, depuis l’été 2019. Ainsi, à la faveur de  la 57e  Session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement de la Cedeao, tenue ce lundi 07 septembre à Niamey au Niger, le chef de la diplomatie béninoise, Aurelien Agbénonci a rendu publique la décision prise par le président Patrice Talon, de soutenir effectivement la candidate nigériane.  A l’analyse, cette révélation de Lionel Zinsou intervenue le weekend, n’est-elle pas un coup de massue, porté au gouvernement de la Rupture qui s’est vu contraint de faire l’option de la candidate du Nigéria ? Alors même que plusieurs autres pays, notamment le Mexique, l’Égypte, la Moldavie, la République de Corée, le Kenya, le Royaume d’Arabie saoudite, le Royaume-Uni ont proposé les leurs, la décision du Bénin en faveur du Nigéria n’est-elle pas tombée un peu comme tirée par les cheveux ? Autrement dit, cette intervention du challenger de Patrice Talon à la présidentielle de 2016 n’a-t-il pas forcé la main au gouvernement béninois qui avait une palette de choix ? Il est vrai, la décision du Bénin est intervenue officiellement au cours d’une Session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et de Gouvernement de la Cedeao et revêt un caractère solennel. Mais quand on sait que Ngozi Okonjo-Iwealaa a déposé sa candidature depuis le  9 juin 2020 et que ce n’est que quelques jours seulement après l’intervention de Lionel Zinsou que le gouvernement a pu finalement se décider, l’on peut s’interroger sur le timing choisi à cet effet.

 

Mike M.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite