Après soixante ans d’indépendance du Bénin: “Le Bénin est un pays pauvre, dirigé pour les riches, les plus pauvres n’y ont pas leur place” dixit Me Ernest Akuesson.

1 892

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La République du Bénin a fêté le 60ème anniversaire de son accession à l’indépendance. Ces noces de diamant devraient servir à penser au développement intégral du pays selon Dr Akuesson Ernest. A en croire le jeune avocat au barreau de Paris, l’égalité des chances et la valorisation des territoires doivent être au cœur des débats autour des prochaines élections présidentielles. Lisez plutôt son analyse…

 

Trois mots doivent résumer l’action du prochain Président du Bénin : décentralisation, déconcentration et territorialisation.

Le Bénin est un pays pauvre dirigé pour les riches, c’est ce que nous sommes devenus en 60 ans d’indépendance. Or, il faut remarquer que le développement du Bénin passera nécessairement la décentralisation, la déconcentration et la territorialisation.

- Advertisement -

Il faut d’abord des politiques publiques axées sur l’égalité des territoires
Il est important de rappeler que le Bénin, ce n’est pas Cotonou. Le Bénin, c’est 12 départements, c’est 77 communes. Les politiques publiques mises en place depuis 1990, ont souvent laissé en marge la plupart des territoires. Tout se concentre sur et autour de Cotonou. La plupart des grands travaux, des infrastructures sont réalisées à Cotonou et autour de Cotonou. Tout est à Cotonou.
La décentralisation, ce n’est pas que l’élection et l’installation des conseils communaux. La décentralisation c’est aussi, transférer aux élus communaux les moyens pour amorcer et impulser le développement à la base. Le développement du Bénin passera nécessairement par la décentralisation, la déconcentration et la territorialisation.
A ce titre 40 à 60% du budget national devrait être idéalement affecté aux communes. Il faut laisser aux territoires la chance de révéler leurs potentialités. La distribution ou la répartition de ces ressources ne doit en aucun cas tenir compte de la couleur politique des conseils communaux. D’ailleurs, les discours politiques consistant à inviter les populations à voter pour les listes proches du Gouvernement au risque d’être privées de ressources devraient être bannis et interdits car il constitue le premier obstacle à la Démocratie locale. Il faut donner à chaque commune les moyens de réduire substantiellement les écarts de développement entre les villes et les territoires. Le Bénin ne se limite pas à Cotonou.
On agite ces derniers temps les grandes réalisations du régime de la rupture. Les populations ne doivent pas se laisser abuser. Les efforts consentis s’inscrivent dans la continuité des initiatives des anciens régimes. Ces efforts demeurent toujours insuffisants. Tous les Présidents que le Bénin a connus, de Maga à Talon se sont toujours illustrés par la réalisation de grands travaux au point où l’un d’eux a été désigné sous le surnom de Hercule.
A titre d’exemple, l’axe Cotonou-Porto-Novo en double voie, ce n’est pas Talon qui l’a réalisée. Le troisième Pont de Cotonou a été réalisé sous Kérékou II, le boulevard des armées n’est pas l’œuvre du Président Talon. La voie Védoko-Godomey en double voie a été réalisée sous Kérékou II, Il en va ainsi du palais des congrès à Cotonou.
Les passages supérieurs de Houeyiho et de l’avenue Steinmetz ainsi que l’échangeur de Godomey ne sont pas l’œuvre de Talon. La voie Godomey-Pahou et la voie Godomey-Akassato en double voie ont été réalisées sous Yayi. Je ne citerai pas la présidence de la République et le CNHU de Cotonou qui porte désormais le nom de son initiateur. Tous les régimes qui se sont succédés, depuis l’indépendance ont à leur actif la réalisation de grands travaux. Il faut bien s’en rappeler, autrement toute analyse serait biaisée.
Les exigences des populations aujourd’hui vont largement au-delà de simples réalisations et ce n’est pas ce qu’on n’a jamais vu.
Nous avons accumulé un retard considérable. Et rattraper ce retard apparaît comme une tâche immense. Je n’apprends rien à personne lorsque je dis que quand la tâche est immense il faut associer tout le monde et associer tout le monde c’est aussi associer les communes. Le développement du Bénin passera nécessairement par un meilleur maillage et encadrement de nos territoires. Une décentralisation effective et efficace semble en être la clé. Il faut mettre toutes les communes en concurrence et en compétition vers un développement rapide et harmonieux du territoire. Nous pouvons le réussir, nous en avons les capacités. A ce propos, la création d’un fonds de solidarité, dit fonds d’appui pour l’égalité des territoires est souhaité.
A supposer qu’on dote chaque commune d’une dotation annuelle de 5 milliards. Cela représente 385 milliards pour les 77 communes. 385 milliards sur un budget national qui en compte 2000 milliards, cela n’en représente que 20%. Cela ne gène en rien que ce montant soit porté à 40 à 60% du budget national. Le développement du Bénin, c’est aussi la somme du développement des 77 communes.
Il y a au Bénin, des communes dont on n’entend presque jamais parler : Cobli, Toukountouna, Sinendé, Lalo, Agbangnizoun, Ouinhi, pour ne citer que ces exemples. Imaginer qu’on investisse au moins 5 milliards par an dans chacune de ces communes. En 5 ans, on y aura investi 25 milliards. Dites-moi, que le visage de ces communes, n’aura pas changé et par conséquent celui de tout le Bénin. Nous avons les moyens d’aller vite. Donnons-nous les moyens d’être les premiers de la classe.
Il faut une meilleure répartition du pouvoir. L’exécutif doit se focaliser sur les domaines régaliens et les projets structurants au niveau national, pendant que les communes s’occupent du développement à la base : constructions d’écoles, d’hôpitaux, de marchés, etc. Il ne revient nullement à un exécutif de construire des marchés comme cela a pu être inscrit dans le PAG.
Un Exécutif sérieux n’entre pas en conflit avec les communes pour la construction de marchés et de hangars alors que des défis plus importants l’attendent en matière de diplomatie, de défense nationale, de commerce extérieur, d’assainissement des finances publiques etc.
On ne peut vouloir construire une latrine publique à Tchoutchoumi et attendre le Président Talon. Il faut accélérer la roue du développement. Je rêve d’un Bénin grand où il fait bon vivre pour tous ses fils et filles.
Un développement planifié et rapide passe également par une déconcentration. L’effort réalisé ces 30 dernières années vers la déconcentration est remarquable. A titre illustratif, nous sommes passés dans le secteur de la justice, d’une cour d’appel, celle de Cotonou, à trois cours d’appel, celles d’Abomey et de Parakou. Nous sommes aussi passés progressivement de 8 à 28 tribunaux. D’une université, celle d’Abomey-Calavi à quatre universités. Nous sommes passés de 6 à 12 départements. Il est à l’actif du Président Talon d’avoir nommé pour la toute première fois dans notre pays les 12 préfets. Si l’effort consenti est louable, il est nécessaire d’aller plus loin et dans tous les secteurs de la vie publique : dans le secteur de la santé, de l’éducation, de la culture, de la justice pour ne citer que ces exemples.
Il faut aussi le souligner, une déconcentration, une décentralisation, effectives et efficaces constituent la meilleure prévention contre l’avancée des mouvements Djihadistes qui sont déjà à nos portes. Partout où l’Etat est absent ou étale ses carences, ce sont d’autres forces qui s’y installent. C’est une réalité qu’il faudra bien garder à l’esprit.

L’égalité des territoires ne sera pas le seul défi du prochain quinquennat.

Le défi doit être aussi celui de l’égalité des chances.
Le Bénin, il faut oser le dire est un pays de grandes inégalités où l’extrême richesse côtoie l’extrême pauvreté. Pour reprendre les propos de la banque mondiale, « la pauvreté reste répandue » et le PNUD place le pays dont « le développement humain est faible ». Nous sommes un pays pauvre qui compte beaucoup d’hommes riches. L’espérance de vie chez nous est encore de 65 ans. Elle peut être améliorée. On a beau être désormais un « pays à revenu intermédiaire », rien n’a bougé de ce côté-là.
Il faut trouver un meilleur modèle de répartition et de redistribution des richesses. Le chômage des jeunes a atteint aujourd’hui un seuil inquiétant. Nos universités sont de grandes machines à fabriquer des chômeurs. L’emploi des jeunes a été le parent pauvre des politiques publiques des 5 dernières années et pourtant les solutions existent pour juguler définitivement cette situation. Le développement ce n’est pas que les grands travaux, c’est aussi le social. C’est aussi une meilleure répartition et redistribution des richesses. Dans ce sens, le régime de la rupture n’a rien amélioré avec l’adoption de textes, qui, visant la flexibilité, ont totalement précarisé l’emploi des jeunes : fermeture d’universités, fermeture d’organes de presse, fermeture d’entreprises alors même que la politique qui eut été indispensable de mettre en œuvre devrait être celle de la facilitation et du renforcement des entreprises existantes. L’Etat ne peut être le seul pourvoyeur d’emplois. Il doit œuvrer à promouvoir les entreprises et les initiatives privées. Il doit promouvoir les libertés économiques, culturelles et politiques pour permettre aux talents de se révéler, de se prendre en charge. On ne peut détruire ce qu’on n’a pas les moyens d’offrir.
En France la liberté d’expression et de presse a permis à Médiapart de faire un chiffre d’affaires de 16, 8 millions d’euros en 2019, de distribuer plus de 700 000 euros de participation à une centaine de salariés sans oublier les contributions fiscales et sociales. La liberté est donc une garantie pour l’emploi et la réduction du chômage. L’emploi des jeunes passe avant toute question liée à la répression des dérives de presse. On ne peut fermer un organe de presse, détruit l’emploi en prétextant des violations des cahiers de charges ou je ne sais quel alibi encore. L’emploi des jeunes doit être une priorité absolue.
Le prochain Président devra s’entourer de cadres compétents capables de proposer des solutions innovantes dans le sens de la réduction des inégalités et du chômage des jeunes. Aujourd’hui nous ne sommes que 11 millions de béninois. Œuvrons à notre épanouissement et à notre bien-être avant que la contrainte ne soit plus grande avec 25 millions dans un horizon relativement proche. Les choses pourraient en ce moment se complexifier.

S’il est admis que la fin de l’Etat providence implique que l’Etat seul ne puisse pas assurer le bonheur à chacun des citoyens, ni à chaque localité, il va sans dire que l’Etat doit être suffisamment disposé non seulement à laisser chaque individu exercer ses libertés aussi bien politiques qu’économiques et culturelles pour prendre en charge son propre épanouissement personnel, mais aussi pour permettre aux entités à la base d’avoir les moyens politiques et financiers de compenser le manque d’efficacité de l’Etat central.
Il y a 5 ans, le Président Talon parlait de désert de compétences, mais à aucun moment, on a eu la preuve qu’il se soit entouré de compétences de nature à l’aider à relever les grands défis auxquels notre jeunesse est confrontée.
Il faut oser le dire, notre pays est pris en otage par une caste, une classe politique qui œuvre d’abord à la préservation de ses propres intérêts avant celle de l’intérêt général.
En sommes, la déconcentration, la décentralisation et la territorialisation constituent le triptyque sur lequel doivent reposer le développement et la réduction des inégalités.
Le Bénin ne peut continuer à être une jungle. L’Etat de droit, c’est d’abord la protection des plus modestes.
Décentralisation, déconcentration, territorialisation, ces trois mots doivent être inscrits au fronton des prochaines joutes électorales. Le programme pour le prochain quinquennat, ne peut être seulement de restaurer la démocratie.
Maître Ernest Akuesson,
Avocat au barreau de Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite