Tapage autour de l’accostage d’un grand navire au Port de Cotonou: Le Port de Lomé fait déjà plus mieux…

1 679

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ça jacasse et un vrai vacarme s’observe depuis quelques jours avec l’accostage au Port autonome de Cotonou (Pac) d’un grand navire long de 300mètres. Présenté comme le plus grand navire ayant accosté sur la plateforme portuaire depuis sa création, les acteurs portuaires se réjouissent donc des retombées des réformes amorcées. Seulement qu’à quelques kilomètres, le “petit“ Port de Lomé accueille déjà des navires encore plus grands et plus longs…

Plusieurs canaux sont mis à contribution pour célébrer “l’exploit“ et surtout vanter les mérites de la nouvelle équipe dirigeante de la plateforme portuaire de Cotonou. La bonne nouvelle n’est autre que l’accostage du plus grand navire que le port de Cotonou ait accueilli, le « CCNI ARAUCO ». Il s’agit de 05 navires longs de 300 mètres qui ont été accueillis ce lundi 10 août 2020 par les autorités portuaires sur le terminal à Conteneurs de Bénin Terminal. Une première dans l’histoire du trafic maritime au Bénin. Long de 300 mètres, ce navire MAERSK de plus de 100 062 tonnes, battant pavillon hongkongais a accosté sur le quai N° 10 de Bénin Terminal. Ce navire en provenance de Shanghaï dispose d’une capacité de chargement de 8700 conteneurs équivalent vingt pieds (EVP). Il a permis aux équipes de Bénin Terminal de procéder au déchargement de conteneurs destinés au Bénin et aux pays frontaliers et au chargement de conteneurs de produits d’exportation. Et pour Arnaud Jobard, Directeur d’exploitation de Bénin Terminal, “cette opération, fruit du partenariat entre le Port Autonome de Cotonou, MAERSK et Bénin Terminal, est le couronnement du plan de modernisation du terminal à conteneurs du port de Cotonou“. Et de poursuivre «  Avec des investissements importants dans les équipements, les systèmes d’information, la formation du personnel, Bénin Terminal contribue à faire du port de Cotonou, un moteur du développement socio-économique du Bénin. » L’ambition du Bénin de faire du Port de Cotonou, un hub logistique régional de croissance pour le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Nigéria semble se concrétiser. Selon le directeur général du Port autonome de Cotonou, Joris THYS, les sillons sont en train d’être tracés pour l’avenir du Port de Cotonou. Ce port, fait-il savoir, se transformera en « une plateforme logistique professionnalisée au service du Bénin et de la sous-région ». Mais au lieu de se réjouir d’un exploit qui visiblement n’en est pas un, le Port de Cotonou ferait mieux de s’y mettre pour ravir la vedette au “petit“ port de Lomé…

- Advertisement -

Le Port de Lomé surclasse déjà les grands ports…

Depuis quelques années, le Port de Lomé se positionne comme l’une des plus grandes plateformes portuaires d’Afrique de l’Ouest. Alors qu’au Bénin on se réjouit d’un navire transportant 8700 conteneurs et long de 300mètres, déjà en juillet 2019, sans faire autant de tapages, le Port de Lomé a accueilli un imposant navire de 364 mètres transportant 14.000 conteneurs en provenance de Singapour. Des navires qui seront débarqués au port avant d’être transbordés ou de prendre la route vers les pays voisins. Il s’agit du porte-conteneurs géant “MSC Francesca“. Le comble, déjà en 2018 et selon l’analyste maritime néerlandais Dynamar, la plateforme portuaire de Lomé est le principal port à conteneurs d’Afrique de l’Ouest. La capitale togolaise souffle la première place à Lagos, capitale économique du Nigéria. De 311 500 EVP (équivalent vingt pieds – unité de mesure de conteneur) en 2013, le volume de conteneurs qui transite par le Port de Lomé, a presque triplé (+283%) en 5 ans pour atteindre 1 193 800 EVP en 2017, dans un contexte où les volumes régionaux ont à peine augmenté. Tema au Ghana, longtemps deuxième en terme de trafic de conteneurs derrière Lagos, est classé troisième de la sous-région avec ses 956 400 EVP, devant Abidjan (663 600), Dakar (570 500) et Cotonou (333 000). Les statistiques montrent que tous ces ports ont presque stagné depuis 2013. Le transbordement représente plus de 64,33% du trafic global du port de Lomé en 2018. Le port de Lomé a un important tirant d’eau et l’extension des quais permet d’accueillir des navires de gros tonnages. Le port de Lomé s’illustre comme un solide leader régional dans le Golfe de Guinée et en Atlantique Sud avec 1,2 millions de conteneurs en 2018 contre 380 000 EVP en 2014.

Pendant ce temps, le Port de Cotonou, sous le giron du Port d’Anvers, deuxième port européen, derrière Rotterdam, ambitionne évoluer de   526 000 à 800 000 conteneurs équivalents vingt pieds (EVP) d’ici à 2025 (Lomé pourtant déjà à plus d’un million de conteneurs depuis 2018). Le Port de Cotonou peut donc mieux faire.

 

Aziz BADAROU

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite