Clôture de la résidence d’écriture d’un film long métrage: L’association ‘’Kitikri’’ sort bientôt ‘’Probo Koala’’

911

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La première étape de l’écriture d’un film long métrage a connu son épilogue mercredi 22 juillet 2020 à la    Villa Karo de Grand Popo. L’initiative est de l’association ‘’Kitikri’’ présidée par le jeune et talentueux réalisateur Arcade Assogba. Il s’agit d’un projet qui ambitionne de réécrire la pièce de théâtre ‘’Probo Koala’’ de Ousmane Alédji sous un format scénario adaptable à la réalisation d’un film long métrage.  A cet effet, la résidence qui a réuni pendant trois jours les professionnels de la chose à la Villa Karo a accouché d’une riche séance de réflexion d’échange entre scénaristes professionnels. Et pour la petite histoire, le contenu de ‘’Probo Koala’’ a trait à une grande polémique au sujet des relations Afrique-Occident. Et c’est là tout l’intérêt qui a suscité son adaptation au 7ème art. ‘’Probo Koala’’ évoque une affaire d’intoxication, une douleur propre à l’Afrique. Une affaire de relation difficile entre les individus en Afrique et l’Etat qui les gouverne et surtout leur présence dans l’espace monde. Et, depuis que le drame existe, aucune oeuvre en Afrique ne s’est intéressé à l’affaire », explique Arcade Assogba pour situer de manière claire l’opportunité de la résidence.  Selon les explications du président de l’association ‘’Kitikri’’, si cette résidence, qui a connu la participation de plusieurs professionnels aussi bien locaux qu’étrangers, a été chose concrète, c’est grâce à la volonté ferme du dramaturge auteur de l’ouvrage en adaptation, Ousmane Alédji. «  Il s’est toujours donné le challenge de venir au cinéma. Dans nos échanges, il a toujours l’habitude de dire il y a quelque chose qui manque au cinéma et moi je peux l’apporter. Et quand il le dit, il ne parle pas forcément du cinéma béninois ni africain, mais il parle du cinéma du monde », souligne Arcade Aassogba dans la perspective d’indiquer sa réelle motivation pour le projet à l’assistance dans laquelle figure Sossou Djohoun Dayinse le représentant du Fonds des arts et de la culture, le deuxième adjoint au maire de la ville de Grand Popo,  Didier Kounake, du conseiller économique et sociale, Claude Balogoun.

 

 

TG

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite