Crise politique au Mali: 04 présidents africains attendus jeudi à Bamako

418

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Quatre chefs d’Etats d’Afrique de l’Ouest sont attendus ce jeudi 22 juillet à Bamako avec pour objectif de dénouer la crise politique qui oppose le mouvement de l’opposition M5 et le président malien IBK.

Est-ce la mission de la dernière chance après l’échec de la délégation menée par Goodluck Jonathan la semaine dernière ? Le mouvement de contestation du M5 a exprimé son désaccord vis à vis du plan de sortie de crise proposée par la Cédéao.

Si les deux missions déjà envoyées par l’institution se sont soldées par des échecs en juin et en juillet, cette fois-ci l’organisation africaine a dépêché une mission de haut niveau. Le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Sénégalais Macky Sall, le président du Ghana Nana Akufo-Addo et le président ivoirien Alassane Ouattara attendus jeudi à Bamako viendront-ils avec de nouvelles propositions ?

L’idée est en tout cas de faire avancer les choses. Le document de base reste les recommandations de la mission de la Cédéao. Et si à Bamako, de source diplomatique, on affirme qu’il ne sera pas question d’accepter un départ forcé du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, on laisse entendre que sur d’autres plans les lignes peuvent bouger, qu’on peut réadapter les recommandations à la situation du moment. L’objectif est de tout faire pour obtenir la paix.

Le problème de la Cour constitutionnelle

- Advertisement -

Mais outre le volet politique, il reste toujours à régler l’imbroglio institutionnel. « Les recommandations de la mission à propos du remembrement de la Cour suprême sont inconstitutionnels », déclarent, unanimes, les deux syndicats de juges. Les membres du conseil de la magistrature ont d’ailleurs refusé lundi de rencontrer le président IBK.

Ensemble, ils devaient pourtant s’entendre pour nommer les nouveaux magistrats pour siéger à la Cour constitutionnelle. Une cour qui, une fois reconstituée, est censée régler le contentieux électoral. Il faut rappeler que cette haute juridiction cristallise les critiques depuis le début de la crise. Elle est accusée par l’opposition d’avoir invalidé une partie des résultats des législatives au profit de la majorité présidentielle.

Réunion du M5

De son côté, le comité stratégique du Mouvement du 5 juin a peaufiné sa stratégie qui se résume à « la lutte continue jusqu’à la satisfaction de nos revendication ». Ils disent néanmoins être toujours ouverts au dialogue, comme l’a rappelé ce lundi l’imam Mahmoud Dicko à l’ambassadeur de France, celui des Etats-Unis et le représentant de l’Union Européenne à Bamako.

Après les recommandations de la médiation de la Cédéao, l’opposition insatisfaite a appelé à une nouvelle journée de désobéissance civile ce lundi. Mais la journée a été beaucoup moins mouvementée que celles qu’on n’a connu la semaine dernière. Bien que des barrages ont été érigés et des pneus brûlés, la circulation est restée normale sur les trois ponts de la capitale.

 

rfi.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite