Invalidation d’un siège des Fcbe par la Cour suprême: Le Conseiller Ousmane Abdoulaye Traoré réagit

1 499

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

  Il n’a pas attendu longtemps pour élever  la voix. Après la décision de la Cour suprême invalidant l’un des sièges des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) à Parakou, invalidation qui fait suite au recours déposé contre le Conseiller Ousmane Abdoulaye Traoré pour «une affaire de condamnation assortie de sursis qui date depuis 2014», l’intéressé est monté au créneau hier jeudi 16 juillet 2020. Au détour d’une conférence de presse à la Bourse du travail, il  s’est exprimé. «Ce qui nous est arrivé est vraiment triste mais, c’est malheureusement la réalité. Qu’il vous souvienne, l’installation du Maire de Parakou avait été un échec dans un premier temps et c’était moi le Conseiller qui avait voté contre… parce qu’il y avait un malentendu au sein du parti… Après, nous nous sommes réconciliés… Moi, je pensais que c’était fini mais malheureusement, je crois que c’est entre nous-mêmes les Fcbe, qu’on est en train de s’entretuer», fait-il savoir. «Le coup ne vient ni du Br, ni de Up, ni d’aucun autre parti. Ça vient de notre sein, les Fcbe. C’est interne. Puisque, c’était parti pour que Ousmane Traoré, que son siège soit invalidé afin que son suppléant vienne. Le suppléant qui est très bien avec l’équipe en place… Finalement, ce n’est plus mon poste mais tout le parti qui perd un siège», poursuit-il par ailleurs.  Une situation qui fait dire à l’homme que «les Fcbe à Parakou viennent de s’enterrer elles-mêmes». Avec 16 Conseillers pour les Fcbe, 14 pour le Br et 04 pour l’Up, la gestion de la municipalité de Parakou, selon ses analyses, repose désormais sur un protocole d’accord de gestion communale.

C.K

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite