Annulation de la saison footballistique 2019-2020: Des acteurs sportifs se prononcent sur la décision de la Fbf

357

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Suspendus depuis mars dernier pour cause de la pandémie liée au  Covid-19, les championnats nationaux de football Vitalor Ligue 1, 2 et 3 sont définitivement conjugués au passé. Ceci, suite à la décision de la Fédération béninoise de football en date du 29 juin 2020 d’annuler la saison footballistique 2019-2020. Une décision qui selon les férus du sport-roi est la meilleure même s’ils sont partagés entre regret, amertume et désolation. Lisez quelques interventions que nous avons recueillies pour vous.

 

Bernard Hounnouvi, ancien Directeur exécutif de la FBF

«C’est  une décision savamment réfléchie parce que le Coronavirus est venu mettre tout à terre. Ce n’est pas le Bénin qui est le premier à inventer cela. C’est parce qu’il est difficile que les joueurs respectent les gestes barrières. Ce n’est pas une maladie dont on connaît véritablement les modes de transmission. (…) C’est un virus qui est partout ; que vous pouvez contracter à moindre geste. Vous ne savez pas qui est porteur ni qui est malade. Il suffit que les gens se côtoient    pour que cette maladie vous soit transmise. Je pense que c’est une décision bien réfléchie dans la mesure où, aussi bien le gouvernement que chacun de nous, nous devons veiller à nous sauver la vie et celle de nos proches. Un footballeur ne peut pas porter le masque et jouer au football. Il sera essoufflé et sur le terrain, les gens se côtoient. C’est un jeu de contact. Donc, c’est facile que les gens contractent la maladie.»

Marwane Salou, membre de Cns-Ben

«Regrets et satisfaction à la fois. Des regrets parce que j’aurais aimé suivre encore le championnat jusqu’à la fin pour connaître ceux qui vont monter, ceux qui seront champions, ceux qui vont descendre. La satisfaction, parce qu’on ne pouvait pas contrôler ce qui se passe. On n’avait pas les moyens matériels, vu la recrudescence et la montée des personnes infectées et des décès. Ce n’était que raisonnable de prendre une telle décision. Encore que le gouvernement qui pouvait apporter le soutien nécessaire aux différentes Fédérations sportives, je ne crois pas que la santé des sportifs soit prioritaire pour l’Etat béninois que celle de la population même si les sportifs font partie de la population. Donc, on n’est pas un grand Etat pour pouvoir se permettre de regrouper les clubs dans une région et les dépister deux fois par semaine et les faire jouer. Je crois que raisonnablement, c’est la meilleure décision qui a été prise.»

Rafiatou Sitou, présidente de l’Apvs et ancienne arbitre de football

- Advertisement -

«Sans vous mentir, je suis partagée. D’abord je suis contente et très satisfaite du fait que les responsables fédéraux n’ont pas fait prendre le risque à ces milliers de joueurs qui auraient pu être contaminés par cette affection en s’adonnant à leur passion. Pour ça, je suis très satisfaite de la décision qui est prise. Mais de l’autre côté, je suis très triste pour les présidents de clubs, pour tous ces responsables d’équipes qui ont investi des millions de francs, qui ont investi de leur temps, de leurs moyens, pour la préparation et le déroulement de cette saison qui finalement se voit être annulée. Mais je crois très sincèrement que c’est la meilleure décision si cela peut nous permettre, chacun à son niveau de s’organiser. De façon plus globale au niveau de la Fédération, de réorganiser les choses afin que, malgré que nous devons vivre prochainement avec la Covid-19, que nous sachions les dispositions à prendre pour minimiser le plus possible le risque de contamination parce que quoiqu’on dise, la Covid ne va pas disparaître demain ni après demain. Nous allons vivre désormais avec et il faut que dans toutes les actions que nous aurons à poser, nous minimisions le plus que possible, les effets de cette pandémie.»

Jonas Gandogonou, président de Adefob Académie

«Vraiment, on n’a aucune force. L’Afrique n’a aucune force face à cette histoire de Covid-19. On ne peut que s’aligner dernière les grandes puissances. Il faut voir les deux grandes puissances du monde qui sont la Chine et les Etats-Unis. Et il faut voir ce que cette maladie a fait dans ces deux pays, comment elle les a balancés. Il y a un adage de chez nous qui dit (en fon) «le vent a emporté la masse. Est-ce que les feuilles ont encore de valeur ?». Non. Donc, pour éviter la propagation de cette maladie, parce que le football, c’est un jeu public, un jeu du monde, pour que cette maladie ne soit pas propagée dans le monde sportif, on ne peut que prendre cette décision pour reculer et mieux sauter. Voilà un peu mon appréciation sur l’annulation du championnat.»

Simin Lafia, Directeur du stade municipal de Parakou

«Naturellement, je ne suis pas content mais on ne pouvait pas prendre une décision contraire même si on était à la place de cette Fédération. Comme vous le savez, depuis un certain temps, la maladie du Corona virus a pris une propension alarmante. Donc, elle ne pouvait pas faire autre chose que d’annuler cette saison. Vu déjà le temps perdu, plus de trois mois que les activités sont aux arrêts. Je pense que c’est la meilleure des décisions que cette Fédération pouvait prendre. On ne peut que prier pour que la pandémie s’éloigne très vite de notre pays et cela passe par le respect naturellement des mesures prescrites par nos instances sanitaires.»

Transcription : Abdul Fataï SANNI et Isabelle GNAMMI (Stg)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite