Entretien avec Narcisse Dagbeto: «Je rêve de diriger un club dans le Zou»

397

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Initiateur de tournois de football à Bohicon (dans le département du Zou), Narcisse Dagbeto (marié et père de cinq enfants dont deux jumeaux) est non seulement un homme politique mais surtout un passionné du sport-roi. Reçu dans la rubrique «Apprendre à nous Connaître» du forum sportif « Football Nouveau Départ», celui qui a révélé plusieurs talents à travers ses tournois de vacances et son équipe «New Star» nous a dévoilé son objectif et ses ambitions. Il n’a pas manqué de se prononcer sur la gestion de la Fbf, l’annulation de la saison 2019-2020 et sur la prestation des Ecureuils du Bénin à la dernière CAN. Lisez-plutôt. 

 

La saison 2019-2020 est annulée. C’était la meilleure décision ?

C’est relatif. Tout le monde ne peut pas être d’accord mais c’est toujours mieux qu’on joue au football dans les meilleures conditions, avec les mêmes chances, dans un environnement avec beaucoup de quiétude de football, avec toute la passion que cela comporte. Etre champion dans cette condition n’est pas la meilleure ; cette condition à laquelle la nature nous a contraints depuis quelques mois. (…) Selon moi, c’est une bonne décision. C’est difficile pour un président de club d’avoir la même impression que moi.

Vos ambitions et objectifs à moyen et à long terme

C’est vrai que j’ai des ambitions politiques depuis quelques années maintenant. J’ai commencé par y croire à force d’être porté par les jeunes de chez moi, qui suscitent ma candidature. Cette ambition a fini par naître en moi et depuis quelques années. J’ai aussi des objectifs. C’est assurer le plein épanouissement autour de moi et mon épanouissement personnel. Arriver à satisfaire des besoins qui naissent au niveau de la couche juvénile. Satisfaire ma passion qui est de promouvoir les talents au niveau des jeunes, que ce soit  dans le domaine des études, que ce soit dans le domaine du football, qui non seulement est un jeu de plaisir mais également, un jeu qui peut déboucher sur une profession pour ceux qui ont le talent. Je rêve de ça. Je rêve  d’être le leader qui arrive à satisfaire les gens autour de moi, qui arrive à être important dans la vie des autres. Ce n’est pas construire des étages qui est le problème chez moi. C’est vrai ça peut paraître bizarre mais ce sont mes objectifs. Je prie humblement Dieu de me donner une place au soleil pour  pouvoir réaliser ces  rêves-là.

Ambitionnez-vous un jour de diriger un club de football ?

Ça me brûle cette envie d’être à la tête d’un club dans le Zou. Parce que, j’ai une passion pour ça en côtoyant les joueurs, les dirigeants. J’ai envie de vivre ce qu’ils vivent et pour ça, les dispositions à prendre, c’est déjà de ne pas rester loin de la chose du football. Ne pas rester loin des supporters. Ne pas rester loin des joueurs. Ne pas rester loin de ces clubs. Je ne suis pas inconnu de ce monde mais il faut chercher les moyens. Les dispositions à prendre, c’est aussi ça. Il faut commencer quelque part. Il faut chercher les moyens et il faut être  dedans.

- Advertisement -

Rêvez-vous d’être dans un Comité exécutif de la Fbf ?

Si tu es à la tête d’un club, ça veut dire que tu es déjà porté par la Fédération. Ce ne serait pas mauvais d’être un jour dans le Comité exécutif de la Fédération. Mais ce n’est pas l’objectif premier pour moi. Je peux servir dans ce Comité si un jour j’arrivais à réaliser ce rêve. Mais avant tout ça, c’est comme de la politique, il faut les moyens d’abord. Les moyens avant tout. C’est vrai, il faut la passion, il faut l’envie, il faut avoir quelque chose à partager, il faut avoir quelque chose à démontrer aussi. Mais il faut surtout les moyens. (…) Mais j’ai foi en Dieu. L’heure n’a pas encore sonné. C’est vrai que beaucoup de personnes croient en moi (je vous le dis au passage). Je fais ce que je peux aujourd’hui.

Justement, comment appréciez-vous la gestion de la Fbf sous Mathurin de Chacus ?

Je voudrais d’abord féliciter la Fbf qui fait beaucoup depuis son installation. C’est à l’actif du président Patrice Talon à travers son jeune ministre Oswald Homeky. Je suis en phase avec la gestion qui se fait aujourd’hui de la chose footballistique par la Fbf. Je dis toutes mes félicitations à toute l’équipe du président Mathurin de Chacus et je voudrais lui suggérer d’associer au maximum ceux qui peuvent apporter quelque chose à notre football. La rigueur dans la sélection de nos joueurs parce que nous, on ne rêve que de résultats pour le Bénin. Et ça passe par l’organisation d’un très bon championnat.

Comment aviez-vous vécu l’exploit des Ecureuils du Bénin à la dernière CAN Egypte 2019 ?

C’était un moment exceptionnel de joie pour nous Béninois. On était fier de notre équipe. On était même fier avant ça mais atteindre ce  niveau, c’était une grande fierté. C’est ce que je dis. Quand nous laissons un peu les copinages, la complaisance et on met l’accent sur le travail bien fait, avec des objectifs bien définis, on arrive à des résultats concrets et c’est ça la preuve tangible que nous pouvons encore aller plus loin. J’encourage à nouveau le président Mathurin de Chacus pour que nous allions plus loin que ça, pourquoi pas en final d’une CAN, pourquoi pas être Champion d’Afrique dans les années à venir. C’est bien possible.

 

Transcription : Abdul Fataï SANNI et Mariano TOINOU (Coll)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite