Covid-19/ 60 ans d’indépendance sans défilé: Talon tient à son ‘’dernier’’ 1er août

779

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Quel sort pour la célébration des 60 ans de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale et internationale dans un contexte  de pandémie ? Le gouvernement va-t-il violer les mesures restrictives toujours en vigueur alors que le nombre d’infection au Covid-19 ne fait qu’accroître ? Le conseil des ministres d’hier, mercredi 8 juillet 2020, a tranché. La fête du 1er août 2020 sera célébrée dans la sobriété. Pas de défilé militaire. Juste une revue de troupe précédée d’un dépôt de gerbe aux monuments aux morts. La célébration se résumera donc seulement à honorer la mémoire des Béninois morts pour la patrie et saluer la bravoure des forces armées. Ainsi en a décidé le gouvernement. Il avait cependant l’option de tout annuler, étant donné l’augmentation exponentielle de cas d’infections au Coronavirus. Mais le chef de l’Etat a opté pour une célébration symbolique. Les raisons peuvent être multiples. Mais on ne peut s’empêcher de constater que le 1er août 2020 marque la dernière célébration du quinquennat de Patrice Talon. Apparemment, le chef de l’Etat y tient, même si la cérémonie ne sera pas celle des grands jours.

 Le gouvernement tire leçon des communales

Contrairement au forcing ayant conduit à la tenue des communales en pleine pandémie, le gouvernement a tenu compte du contexte pour une célébration sobre de la fête de l’Indépendance. Certes, le chef de l’Etat pouvait opter pour zéro célébration afin de rester dans l’esprit des restrictions toujours en vigueur, au nombre desquelles la limitation à 50 personnes pour toute célébration. Ce ne sera pas le cas, étant donné qu’il aura une revue de troupe. Mais éviter le défilé militaire qui pourrait être une source d’attroupement, est déjà une panacée.

- Advertisement -

Depuis que le nombre de cas positifs au coronavirus part en vrille, pour beaucoup d’observateurs, la tenue des élections communales est l’élément déclencheur. Chaque fois que les autorités tentent de battre en brèche cet argument, il revient et s’impose à l’opinion publique. Une célébration fanfaronne de la fête de l’Indépendance dans ces conditions serait perçue comme de ‘’l’entêtement’’. C’est sans doute la limite que le gouvernement n’a pas voulu franchir.

Lire l’intégralité du compte rendu du Conseil des ministres

Téléchargez le fichier cm-2020-07-08

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite