Préservation de la forêt de l’Ouémé Supérieur: La Sobebra lance le projet ‘’Apiculteur’’

220

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Société béninoise de brasseries (Sobebra) a procédé dans la soirée du mardi 30 juin 2020, au lancement du projet ‘’Apiculteur’’. Il vise à former une trentaine d’apprenants au métier d’apiculture, dans le cadre du reboisement et la préservation de la forêt classée de l’Ouémé Supérieur. C’est le centre « le Rucher » dans la localité de Komiguéa, commune de N’Dali qui a servi de cadre à ce lancement en présence du directeur général de la Sobebra en personne, du maire de N’Dali, du troisième adjoint au maire de Parakou, des autorités de la direction départementale des eaux et forêts du Borgou et du préfet Djibril Mama Cissé du Borgou.

L’objectif de ce projet novateur, qui classe véritablement la Sobebra dans le rang des entreprises éco citoyennes, est de former une trentaine de personnes riveraines de la forêt classée de l’Ouémé Supérieur au métier d’apiculteur, d’installer 1000 ruches dans la forêt classée de l’Ouémé Supérieur, d’accompagner les apiculteurs formés à devenir des producteurs de miel certifié agriculture biologique et d’installer une miellerie moderne dans la commune de Parakou. Le projet Apiculteur qui va générer des emplois verts se déroulera en plusieurs étapes. Il sera question de donner une formation théorique et pratique de deux semaines pour compter du 1er juillet 2020, aux bénéficiaires venus des différents villages des communes de N’Dali, Djougou et Tchaourou. Après la formation, les apprenants subiront un stage pratique d’apiculteur dans les ruchers écoles sélectionnés, pendant deux semaines, afin de vivre les réalités de la gestion quotidienne d’un rucher. Une deuxième session de formation théorique et pratique interviendra, cette fois-ci avec un expert international en apiculture. L’installation des ruches et la production du miel interviendront après cette étape. La dernière étape du projet, sera celle de l’assistance technique et du suivi-évaluation des apiculteurs et l’installation d’une miellerie centrale moderne.

- Advertisement -

Pour le directeur des relations extérieures de la Sobebra, Rodolphe Adanzounon, le projet Apiculteur, s’inscrit dans la même logique que le programme pluriannuel de reboisement intensif de la Sobebra, qui a déjà permis de mettre en terre 62000 plants sur une superficie de 42 hectares dans plusieurs communes du Bénin. C’est un projet qui va éduquer les populations riveraines avec l’appui des services techniques des eaux et forêts, à tirer profit de la forêt tout en la protégeant, a-t-il insisté. Le chef de l’inspection forestière du Borgou, Théophile Abaro Sinadouwirou a fait remarquer que le projet Apiculteur vient renforcer les activités de restauration et de reboisement entamées par la Sobebra l’année dernière au niveau de la forêt de l’Ouémé Supérieur. Ce qui permet d’assurer la protection de l’environnement d’une façon générale. Le maire de N’Dali, s’est réjoui du lancement de ce projet, qui est selon lui, une aubaine offerte par la Sobebra pour la protection de l’environnement. Sébastien Yves Menager, directeur général de la Sobebra a salué le partenariat entre sa structure et la direction des eaux et forêts dans le cadre du reboisement de la forêt de l’Ouémé Supérieur. Tout en souhaitant l’implication des apprenants dans la lutte contre les prédateurs de l’environnement, il a marqué l’engagement de la Sobebra à accompagner ces derniers dans l’installation d’une miellerie moderne. Mieux, la Sobebra mettra son vaste réseau de distribution à contribution pour l’écoulement du miel produit par les entrepreneurs qui sortiront de ce projet.

Le préfet Djibril Mama Cissé procédant au lancement officiel du projet, a salué le choix porté sur son département pour abriter un projet éco citoyen qui cadre avec les objectifs du gouvernement en matière de préservation de l’environnement, a-t-il déclaré. Pour lui, le projet Apiculteur est la preuve de l’engagement de la Sobebra à créer des emplois verts et à lutter contre la pauvreté. C’est pourquoi, il a rassuré le directeur général de la Sobebra, de ce que le soutien des préfectures du Borgou et de la Donga ne lui fera pas défaut dans la mise en œuvre et la réussite du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite