Après le diagnostic des élections communales 2020: La jeunesse relance la machine UP de Bohicon

252

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La jeunesse de l’Union progressiste (Up) a organisé un séminaire élargi aux élus parlementaires, communaux,  locaux et aux femmes. La rencontre s’est tenue hier, dimanche 28 juin 2020, à Bohicon en présence du député Mama Sani, Joseph Ahanhanzo et de César  Agbossaga, Directeur général de l’Archa,  tous membres influents du parti. 

 

Comment maintenir le cap et avancer ? C’est autour de cette thématique que s’est réunie la jeunesse de la Commune de Bohicon pour décrypter les résultats des dernières élections communales et municipales, la toute première de l’ère des réformes du système partisan. A en croire les propos du président du comité préparatoire, Ernest Tindo, l’idée d’organiser un tel séminaire  est partie de la jeunesse de Bohicon et portée par le député Mama Sani qui l’a fortement soutenu. Il vise à remobiliser la troupe au lendemain des élections communales et municipales en vue de travailler davantage pour de grandes victoires à l’avenir.  Pour le député de la 23ème circonscription électorale, la présente rencontre est d’une importance capitale parce qu’elle préoccupe les dirigeants au plus haut niveau du parti.  Elle permet d’analyser le message des électeurs de Bohicon afin de tirer les leçons des dernières joutes électorales pour des résultats élogieux lors des scrutins à venir. Cet atelier de prise de conscience des militants Up mérite d’être salué puisqu’il est normal qu’après deux élections consécutives (législatives et communales), l’Union progressiste, un jeune parti né le 1er décembre 2018,  marque un arrêt pour passer en revue le chemin parcouru. César Agbossaga, le président du présidium du séminaire, abonde dans le même sens en indiquant que ladite rencontre intègre parfaitement les idéaux de parti. Compte tenu de son importance, il a invité les délégués à restituer l’information à ceux qui n’ont pas pu faire le déplacement en raison de la Covid19. Dans le vif du sujet,   Bavon Hounvi a planté le décor en présentant les résultats insatisfaisants de la Commune lors des dernières communales. Le tableau présenté affiche 108.657 électeurs  inscrits, 49.729 votants soit un taux de participation de 49,02%. Comparé aux élections législatives de 2019 qui étaient de 26,38%, il y a une nette amélioration. Dans la foulée l’Up s’en sort avec 21.785voix. Mais qu’est-ce qui justifie un tel score qui n’a guère comblé les attentes ?

Le décryptage des résultats

- Advertisement -

Au cours de cet exercice d’analyse, les langues se sont déliées. Chacun tente de se jeter la pierre. Même si l’Up n’a pas la majorité à Bohicon, elle demeure le plus grand parti national du Bénin, pouvait-on retenir. Cependant les causes de l’échec de Bohicon sont liées, selon les uns et les autres, à la fraude massive organisée par les adversaires d’en face. D’après les observations de Joseph Ahanhanzo, « Le tort n’est donc pas à jeter à quelqu’un », a-t-il dit. L’essentiel, c’est d’inverser la tendance. A ce niveau, plusieurs recommandations et suggestions ont été émises. Il s’agira pour les militants de cultiver désormais  l’esprit de militantisme, de promouvoir le travail en équipe et l’union, de prendre des engagements de bonne conduite, d’œuvrer pour le rayonnement du parti. En terme de défi à relever, on peut noter la gestion de l’après élection, la préparation de la présidentielle prochaine, la mise en place des structures de base, les élections locales et la réussite des élections couplées de 2026. Ce fut aussi l’occasion pour les participants de redécouvrir l’Up à travers sa genèse,  ses organes dirigeants, sa vision et  ses idéaux. Dans une présentation Joseph Ahanhanzo a également mis l’accent sur les valeurs que défendent le parti, les comportements citoyens qu’il prône et les contre valeurs que le militant ne doit pas avoir. Il a,  pour finir,  attiré l’attention des militants sur les agissements qui pourraient les mettre en conflit avec la loi tout en mettant en garde les Web activistes. «L’Up ne défend pas les militants qui violent les lois de la République et celle du parti », a-t-il prévenu. Par ailleurs, il a également évoqué les récompenses prévues pour les militants actifs et les sanctions pour les militants récalcitrants. Satisfaits de la rencontre, la jeunesse Up de Bohicon s’engage de nouveau à travailler pour remonter la pente.

 

Fernand Kinmahou         

Ernest Tindo, le prototype d’une jeunesse engagée à l’Up

Cadre méritant de l’administration publique, Ernest Tindo, natif de la Commune de Bohicon,  a cru en la vision de l’Union progressiste (l’Up). Très tôt, sans se faire prier, il s’est engagé résolument aux côtés des leaders fondateurs de cette grande formation politique. Sans hypocrisie aucune, l’ex Directeur général adjoint du Cncb n’a pas tardé à afficher publiquement son bord politique. N’en déplaisent  aux oiseaux de mauvais augures. Obnubilé par le souci du rayonnement de son parti, il s’investit à fond pour l’atteinte de cet objectif. Il sacrifie son temps, pour la cause. A chaque descente les week-ends dans sa commune natale, il regroupe des jeunes, ou les artisans avec qui il partage les idéaux de l’Up. Il assiste également à sa manière les militants en détresse par une simple visite ou autre action de solidarité agissante. Il met l’homme au centre de ses actions car pour lui, nul n’est heureux tout seul. A travers cette politique de solidarité, il sonne la mobilisation de plusieurs milliers de jeunes autour du parti avec la stratégie dont il a le secret.  L’Union progressiste a besoin de ces genres de personnalité pour son rayonnement. C’est à ce travail que Joseph Ahanhanzo convie les militants de Bohicon pour l’agrandissement des bases du plus grand regroupement politique du Bénin.

F.K      

       

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite