Folklore des dirigeants à chaque inondation: Halte, la population veut du concret !

467

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Et le cirque annuel redémarre avec la saison des pluies et son lot d’inondations à Cotonou et dans beaucoup d’autres communes du pays. Anciens comme nouveaux dirigeants au plan communal, véhicules 4*4 alignés, bottes aux pieds chez certains, ont repris du service. Dans une compatissante comédie, ils se pointent sans solution dans les eaux de leurs territoires de compétence, comme des novices parachutés. Et pourtant ils savent ce qu’il faut, et de façon durable, à leurs administrés pour les sortir de ce cauchemar saisonnier. Nous en sommes encore à ce triste spectacle depuis quelques jours. La toile s’inonde déjà de photos  accompagnées d’écrits au profit de certains élus communaux ou désignés.

 

Côté communication officielle, l’on a commencé par réchauffer les reportages et commentaires sur le phénomène climatique cyclique. Dans quel dessein ? Si ce n’est d’agir sur la psychologie des Béninois et les calmer à nouveau. Si les gouvernements qui se sont succédé n’ont pu produire le miracle, il y a néanmoins presque cinq ans que ça dure sous le régime Talon. Et, dans un contexte du vaste projet de pavage et de bitumage de certaines artères urbaines, dénommé projet Asphaltage où des endroits les plus insoupçonnés comme le Port de Cotonou, l’université d’Abomey-Calavi et des domiciles privés…., se retrouvent sous l’eau, il est pointé du doigt l’occupation des exutoires de l’eau. Et donc pour dire, ” malgré la bonne volonté du gouvernement d’assainir le pays et notamment la capitale économique, tant qu’une catégorie des citoyens continuera par construire sur les chemins de l’eau, les efforts du gouvernement ne seront pas perceptibles”. Traduisons ça comme cela. On va jusqu’à rassurer que l’impossible a été même fait par le pouvoir en place et que les ressources nécessaires sont déjà mobilisées pour faire conjuguer au passé ce calvaire que subissent les populations.

- Advertisement -

Et si on en finissait définitivement avec cette chansonnette ou ce disque dorénavant rayé ? D’ailleurs, quand on savait que les inondations pourraient noircir à moment ou à un autre le projet Asphaltage, pourquoi n’a-t-on pas songé à sortir d’abord ces localités de l’eau avant d’en venir au projet d’envergure ?

Ça suffit, ces justifs dolosifs. Les Béninois veulent maintenant du concret !

Worou BORO

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite