Covid-19/Mesures sociales du gouvernement béninois: Confusion chez beaucoup de Béninois

691

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Tvm, électricité, crédit : nécessité de repréciser)

De doléance dans des articles de presse à un mémorandum du Patronat, l’accompagnement souhaité des entreprises et secteurs d’activités durement frappés par la pandémie du coronavirus est une réalité. En sa séance du Conseil des ministres du 10 juin 2020, le gouvernement a pris une batterie de mesures pour atténuer les effets socio-économiques dus au Corona virus. Mais dans des têtes, tout n’est pas encore clair. Un amalgame semble s’installer entre mesures au profit de particulier et mesures au profit de Pme. Dans des vox populi, cela se remarque aisément.

Exonération de la Taxe sur véhicule moteur (Tvm), électricité, possibilité de crédit à taux zéro pour les Pme… Des mesures prises par le gouvernement, outre celles qui concernent spécifiquement les entreprises aéroportuaires comme les agences de voyage, il y a des points suscitent beaucoup de curiosité et d’incompréhension. Ceci, d’autant plus que le gouvernement parle de mesures sociales, donc destinées à impacter le plus grand nombre.

- Advertisement -

Dès lors, à quel niveau le citoyen lambda, qui ne s’est inscrit nulle part, et qui n’est pas non plus promoteur de Pme, est-il concerné par les mesures d’accompagnement prises par le gouvernement ? Autrement dit, le particulier qui a une ou deux véhicules, se verra-t-il exonérer la Tvm pour l’année en cours ? La facture d’électricité et d’eau des ménages sera-t-elle prise en charge par le gouvernement sur trois mois ? Les Petites et moyennes entreprises peuvent-elles demander un crédit à taux zéro dans les banques ou dans les Systèmes financiers décentralisés (Sfd) ? Ce sont ces interrogations qui reviennent de plus en plus dans les discussions. Et la compréhension, que se fait le plus grand nombre, est de loin la réalité. La preuve, dans les vox populi réalisées ici et là, beaucoup se confondent en remerciements à l’endroit du chef de l’Etat, soit pour la prise en charge, par l’Etat, des factures d’électricité des ménages sur trois mois, soit pour la constitution d’un fonds de relance des activités des Pme. D’autres, les femmes des marchés surtout, se voient déjà dans de longues files d’attente devant le trésor public pour prendre leur part des plus de 74 milliards FCFA.

 

Quid d’une nouvelle prise en charge de la hausse du prix de l’électricité

Du compte rendu du Conseil des ministres du 10 juin 2020, il est mis, en point 3 des mesures d’atténuation, une subvention de portée générale qui s’applique à tous les citoyens sur les tarifs de l’électricité et de l’eau pour un montant de 5,76 milliards FCFA. Ce point, supposé concerner le citoyen lambda, concentre en lui seul un tas d’incompréhensions. En dehors de ceux qui pensent que le gouvernement prend en charge leurs factures d’électricité et d’eau sur trois mois, il y en a qui ont poussé leur curiosité plus loin. Pour ces derniers, cette mesure ressemble à de l’enfumage. Ces personnes se demandent de quelle subvention parle-t-on, puisque déjà au Conseil des ministres du 04 décembre 2019, le gouvernement avait décidé d’une subvention de 16 milliards pour prendre en charge l’augmentation du prix de l’électricité pour l’année 2020. Comment se fait-il, qu’en juin 2020, le même gouvernement, qui avait débloqué 16 milliards pour subventionner la hausse du prix de l’électricité en 2020, débloque encore plus de 5 milliards, au titre de mesures sociales d’atténuation des effets de la pandémie du coronavirus, pour supporter une prétendue hausse du prix de l’électricité qui devrait avoir lieu depuis mars 2020 ?

Finalement, que retenir de cette subvention ? Est-elle réelle ou c’est juste de la poudre aux yeux ? Pour certains, de ce point 3, le citoyen lambda ne devrait retenir autre chose que le fait qu’en septembre ou, au plus à la fin de l’année, sa facture d’électricité connaîtra une hausse.

Autour des mesures sociales d’atténuation des effets du coronavirus, il y a autant d’incompréhensions qui nécessitent les clarifications du gouvernement. Et ce, dans toutes les langues nationales du Bénin.

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite