Pour détournements de fonds et menaces: Querelles à l’école Montaigne entre Ape et administration

9 951

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

(Déjà des démissions dans les deux camps)

L’établissement français d’enseignement Montaigne de Cotonou est l’une des écoles les plus prestigieuses du Bénin. Au-delà de ce prestige qui a toujours caractérisé cette école française, sa rigueur et la gestion efficiente de ses ressources et surtout celles humaines, n’est point à démontrer. Une option payante qui traduit les résultats scolaires féeriques de ses élèves, leur ouvre la voie des grandes universités et écoles européennes et par conséquent assure depuis lors, l’avenir socioprofessionnel de tous ceux qui prennent par là. Mais, malgré les fonds importants que met l’État français dans ce Lycée, le cadre professionnel unique que ses dirigeants offrent aux enseignants, à leurs élèves, ainsi qu’aux agents qui y travaillent, fait depuis peu, face à un certain affront. Autrement dit, le Lycée Montaigne fait malheureusement depuis la rentrée 2019/2020, objet d’une pression perfide et démesurée de la part du bureau de l’Association des Parents d’Élèves (Ape), organe élu par les parents, et mandaté pour la gestion financière de l’établissement. Cette Ape dont certains membres commencent à se désolidariser d’une présidente devenue autocratique et pilotée par des intérêts obscurs, ouvre des brèches sur des sujets hors de ses compétences. L’un d’eux concerne les recrutements d’enseignants. En effet, le proviseur de ce Lycée souhaitait réduire les expats sous contrat avec l’Aefe (Ministère des affaires étrangères de la France), pour embaucher des expats résidents (sous contrat local). Une idée absolument bien pensée et qui avait pour objectif de permettre à l’établissement d’avoir des enseignants de qualité, motivés et moins couteux que des expats. Mais contre toute attente, l’Ape a bloqué le processus, pour imposer des Béninois. Ceci, sous prétexte que l’école faisait à travers ce processus, de la ségrégation sur fond de racisme. Doit-on rappeler ici qu’un enseignant Français et un enseignant Béninois enseigneront toujours que 2+2=4 ? Toutefois, l’enseignant Français est formé au système pédagogique Français et dispose de qualifications lui permettant de valider des diplômes Français, clé de voute de la mission du Lycée Montaigne. Après un trimestre de manœuvres de déstabilisation insensées et infructueuses de leur part sans oublier les nombreux rapports alarmistes du Proviseur à l’Aefe, cette dernière a dû organiser une mission d’audit afin de comprendre le fonctionnement de la relation entre l’Ape et l’établissement. Au cours de cette mission, les auditeurs de l’Aefe ont rencontré à différentes reprises, le poste diplomatique dont l’Ambassadrice de la France près le Bénin, l’équipe de direction et les représentants des parents d’élèves, membres du conseil d’administration de l’Ape. A l’issue de cette mission, plusieurs constats ont été faits. En analysant de près tous ces constats et les recommandations qui en ont suivi, tout porte à croire que l’intérêt de la démarche de l’Ape de Montaigne, est d’imposer coûte que coûte son diktat au mépris de la garantie de la qualité d’enseignement des élèves de ce Lycée, et au dédain de la bonne gouvernance d’une telle association. Selon les conclusions du compte rendu de cette mission, l’Ape de l’école Montaigne rencontrerait  de graves problèmes de gouvernance, au point de remettre en cause la convention entre l’Aefe et l’établissement, convention qui arrivera à terme au 31 août 2021. En clair, loin d’un esprit équilibriste, l’intention réelle de cette Ape ne serait-elle pas de jeter du discrédit sur l’école, empêcher le renouvellement de sa convention et par ricochet faire donc perdre à Montaigne la qualité de Lycée français pouvant dispenser des diplômes reconnus en Europe et ailleurs ? En tout cas, les faits et gestes de cette Ape s’apparentent à du pur sabotage. Conséquence, ces manœuvres risquent de porter atteinte à la notoriété et au bon fonctionnement de l’école, si rien n’est fait pour y mettre un terme. Et, cette Ape devrait se rendre à l’évidence que la qualité de l’enseignement et des diplômes octroyés par cet établissement tiennent grâce aux fonds que verse l’Etat français, par le biais du contrat entre le Lycée Montaigne et l’Aefe. Quel est donc l’intérêt de l’Ape de cette école dans ce jeu malsain? La question demeure.

Pendant que nous mettions cet article sous presse, l’on note déjà des démissions liées à cette affaire. Lesquelles sont réelles pour certain et en cours pour plusieurs autres membres de cette Association, à la suite de celle du proviseur de ce Lycée.

 

M.M

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite