Entretien avec le milieu défensif de Dynamo de Parakou: «J’ambitionne aller très loin, me taper un contrat professionnel», souhaite Abdul Djalil Yerima

407

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Même si le championnat national Vitalor Ligue 1 est à  l’arrêt, le travail individuel se poursuit avec les joueurs aux grandes ambitions. Abdul Djalil Yerima, le milieu défensif de Dynamo de Parakou veut maintenir sa forme au top niveau. Avec sa bonne taille et son physique impressionnant, il reste l’un des éléments clés de son équipe. Dans un entretien accordé sur un forum sportif «Les Ecureuils du Bénin dans nos Cœurs», l’ancien sociétaire de Réal Sports de Parakou nous dévoile ses ambitions, ses regrets et son point de vue sur la crise sanitaire qui secoue le monde.

D’où est venue votre passion pour le football ?

- Advertisement -

Cette passion vient de mon père qui profitait des congés pour m’acheter un ballon. C’est comme ça cette passion est venue et dès  l’âge de 10 ans, j’ai commencé les inters-classes et le tournoi UASEP et après l’UASES. De même, je regardais à la télévision, des grands footballeurs jouer et je disais à mon papa que je veux aussi qu’on me voit à la télévision balle aux pieds (rires) et il m’avait répondu : «ils ont  travaillé dur pour être là. Si tu veux atteindre leur niveau, tu dois aussi cravacher».

Quel est alors aujourd’hui votre parcours en tant que footballeur ?

Mon premier club est Réal Sports de Parakou. J’avais évolué sous les ordres du grand coach Raoul Zamba. Le second club, c’est bien Dynamo de Parakou avec qui j’évolue actuellement. Malheureusement, avec Réal Sport, je n’ai pas connu la montée. C’était juste après mon départ. Un regret pour moi donc. Je Regrette de ne pas pouvoir être là quand l’équipe montait dans l’élite.

 

Que retenez-vous de votre passage au Réal Sport ?

D’abord, le coach m’a pris comme son enfant. Avec l’international béninois Rodrigue Kossi, on formait un bon duo. Nous devons tout à Raoul Zamba. Cet homme jamais fatigué nous replaçait à tout moment. Il faut ajouter que je suis un joueur très effacé et je cherche à apprendre à tout  moment. Même avant et après chaque match, je fais de l’auto- critique et je travaille chaque jour pour corriger mes lacunes.

 Qu’est-ce que le coach trouve de plus important en vous ?

Je pourrais dire ma discipline et surtout mon engagement sur le terrain. J’ambitionne aller très loin et à court terme, me taper un contrat professionnel dans un  bon club en Afrique ou en Europe. De même, je travaille ardemment pour trouver un jour l’équipe nationale du Bénin.

Justement, en équipe nationale du Bénin, quels sont ces joueurs qui vous inspirent?

Je dirai Cebio Soukou. Mais au début, c’était le capitaine mais pour la première fois que j’ai vu Soukou jouer, il m’a vraiment impressionné. J’aime bien aussi Adenon et Jodel Dossou.

 

Le monde entier traverse une crise sanitaire causée par le Coronavirus. Ce qui a mis le championnat à l’arrêt. Quel est votre sentiment ?

Ce virus a mis le football en péril puisque c’est avec ça beaucoup gagnent leur vie. C’est vraiment  difficile puisque tout a été arrêté au sein des clubs. Mais nous travaillons individuellement pour pouvoir garder la forme.

 

A.F.S / L.S. (Coll)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise les cookies pour améliorer votre expérience. Êtes-vous d'accord ? Vous pourrez le désactiver à tout moment. Accepter Lire la suite